Politique

Un syndicat annonce une grève nationale dans tous les hôpitaux du royaume et menace Ait Taleb d’escalade

L’Union Nationale pour le secteur de la santé a décidé de mener une grève nationale le jeudi 29 février en cours dans tous les hôpitaux et centres de santé, en protestation contre ce qu’elle a considéré comme « une prise à la légère par le gouvernement des revendications et des attentes du personnel de santé », menaçant le ministre de la Santé d’escalade.

L’Union, affiliée à l’Union Nationale du Travail au Maroc, a alerté dans un communiqué dont « Al Omk » a reçu une copie, sur ce qu’elle a qualifié de « manque de réaction du gouvernement au procès-verbal du dialogue social signé entre le ministère de la Santé et de la Protection Sociale et notre union le 24 janvier 2024 ».

L’Union a déclaré « que le gouvernement marocain n’a pas encore pris la mesure des conséquences engendrées par le retard incompréhensible à répondre aux demandes des professionnels du secteur de la santé, et de sa procrastination dans la réponse », avertissant contre « toute tentative de contourner les droits et les revendications du personnel de santé ».

Elle a ajouté « Nous avons, en tant que syndicat, averti à plusieurs reprises du danger de cette approche gouvernementale négative envers les revendications du personnel de santé, ce qui a conduit à une ébullition et un mécontentement général annonciateur d’une explosion dont personne ne connaît l’ampleur ni les conséquences », imputant la responsabilité au chef du gouvernement « pour avoir pris à la légère les revendications et les sacrifices des employés et les tensions qui en découlent ».

En ce qui concerne la grève nationale prévue, le syndicat a appelé ses membres à « reprendre le programme de lutte en participant à la grève mentionnée pour une durée de 24 heures, dans toutes les institutions de santé, hospitalières, préventives et administratives, à l’exception des services d’urgence et de réanimation ».

L’Union Nationale pour le secteur de la santé a également menacé d’annoncer ce qu’elle a décrit comme « d’autres batailles de lutte, allant des grèves, sit-ins, marches, et occupations, et ce, après consultation avec les syndicats, suite à la grève nationale prévue », appelant les syndicats à élargir le cercle de coordination à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *