Culture

Bientôt, le ministère de la Culture met en lumière 6 arts populaires des rives du Drâa dans un film documentaire (VIDEOS)

Le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a commencé à diffuser des extraits promotionnels pour un documentaire mettant en lumière les arts populaires de la région du Drâa, couvrant 6 genres artistiques parmi les plus répandus. Ce projet a vu la participation de divers groupes locaux, enseignants et chercheurs.

Le documentaire, produit par le ministère et intitulé « Arts populaires sur les rives du Drâa« , explore en 52 minutes les caractéristiques et particularités de six genres artistiques célèbres dans la région de Zagora. Certains se concentrent sur la parole, tandis que d’autres combinent poésie et danse.

Les scènes du documentaire ont été filmées dans différents endroits de la province de Zagora et incluent, outre des interventions scientifiques, des scènes de danses et de poèmes par des groupes et des artistes accomplis. Le film met en lumière les genres artistiques les plus populaires et répandus dans la région du Drâa, tels que « la Rassma » et « la Roukba », ainsi que « Aqlal », « Ahidous », « Gnaoua », et « Hadra ».

Le documentaire, qui a été produit par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, tente de capturer les transformations que les genres artistiques populaires ont subies sur les rives du fleuve Drâa, de « Aflan Draa » à « Bab al-Mohamid », en raison des changements dans le mode de vie de la région, passant du nomadisme à la sédentarisation, et de l’évolution de certains arts de guerriers à festifs, ajoutant à cela le mélange culturel et ethnique qui forme le patrimoine civilisationnel de la région, générant plus de 20 genres artistiques populaires avec des caractéristiques communes et distinctes.

Le ministère a également publié sur le compte Instagram du portail national marocain des extraits promotionnels pour les six genres artistiques mentionnés, annonçant que le documentaire serait bientôt publié sur la chaîne officielle du portail sur YouTube.

Roukba

La Roukba, qui mélange danse et parole rythmée, est l’une des formes artistiques les plus répandues le long de la vallée du Drâa. Elle est considérée comme le genre festif principal lors de la plupart des célébrations et des fêtes.

Selon les spécialistes, la Roukba était à l’origine une danse guerrière exécutée par les soldats avant de partir au combat et à leur retour. Elle s’est ensuite transformée en une forme purement festive.

Le documentaire « Arts populaires sur les rives du Drâa » a accueilli l’ensemble dirigé par le maestro Mohamed El Qartawi, qui a performé au milieu des palmiers d’une oasis située sur les rives du Drâa, au centre de la ville de Zagora.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

La Rassma

Contrairement à la Roukba, la Rassma est essentiellement une forme poétique où ni danse ni instruments de musique variés ne sont présents, à l’exception du tambour utilisé pour signaler et faciliter les transitions entre les strophes. Les femmes présentes sont séparées de la session des hommes et participent uniquement par des youyous, sans répéter ni participer activement à la performance.

Le chef, ou cheikh, est au centre de la performance dans la Rassma. Le rôle des autres membres du groupe, généralement au nombre de deux, est limité à répéter après le cheikh, qui prononce les paroles, joue du tambour, et contrôle le rythme. Il est essentiel que le cheikh ait une belle voix et qu’il soit versé dans un riche répertoire poétique, et s’il est également compositeur, il est considéré comme l’un des maîtres de cet art, dont la renommée se propage le long de la vallée du Drâa.

Le documentaire, qui sera publié prochainement selon les informations obtenues par le journal « Al3omk » auprès d’une source fiable, explore l’origine du nom « Rassma » et ses intersections avec d’autres formes d’art telles que le Malhoun. Il s’arrête également sur les thèmes et les structures poétiques de cet art, avec la participation de Cheikh Mohamed El Akidi et Zakaria Selmani dans des sessions artistiques filmées à Zagora et à Bni Zouli.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

Laabid ou Les Gnaoua 

Associé à la souffrance des esclaves amenés des pays d’Afrique subsaharienne, le genre « Gnaoua » exprime la nostalgie du pays d’origine et de la famille, ainsi que le lien avec Dieu, l’invocation et la persévérance dans l’espoir en sa miséricorde.

Le documentaire « Arts populaires sur les rives du Drâa », selon une source qui a assisté au tournage, a suivi l’ensemble « Gnaoua Zaouia El Baraka » mené par l’artiste Abdelhak Ait Farji vers la zone archéologique de « Fem El Shenna » dans la commune de Tinzouline, où la lumière a été projetée sur cet art profondément enraciné dans l’identité africaine du Maroc et de la région du Drâa.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

Ahidous

Ahidous est un élément crucial de l’identité culturelle et artistique amazighe le long des rives du Drâa, particulièrement dans les régions montagneuses et les zones de transition entre les montagnes et le désert. Les tribus amazighes célèbrent leurs événements avec les genres Ahidous et Ahwach.

Le documentaire produit par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a fait escale à la commune de Nkob et a rencontré une troupe locale d’Ahidous dirigée par l’artiste Adi Mastour.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

Dq es-sayf et Aqlal

« Dq es-sayf » et « Aqlal » partagent de nombreuses caractéristiques et sont souvent interprétés par la même troupe, malgré les différences, notamment dans les instruments de musique utilisés. Les récits oraux transmis par les habitants de Drâa retracent l’origine de ces deux genres artistiques à la péninsule arabique, suggérant qu’ils ont atteint le Maroc et se sont établis à Zagora à la suite des conquêtes islamiques et de la migration des tribus arabes.

Un représentant du journal « Al3omk » a rapporté que l’équipe de tournage de « Arts populaires sur les rives du Drâa » a rencontré la troupe Zaouia El Baraka, qui a présenté une performance artistique sur la place de la Zaouia au cœur de la ville de Zagora, puis la troupe de l’Association Bni Zouli pour la Culture et la Création qui a performé aux cascades de Tizgui à Agdz.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

Hadra

La Hadra, qui est liée dans la région du Drâa aux confréries religieuses, se caractérise par ses paroles et poèmes qui louent Dieu et le Prophète Mahomet, paix soit sur lui. C’est un genre artistique essentiellement masculin où les femmes ne participent pas à l’exécution.

« La troupe de production de ‘Arts populaires sur les rives du Drâa’ a été accueillie à la Zaouia Sidi Abdelali avec des dattes, du lait et des embrassades chaleureuses, comme si nous étions des membres de la famille revenant au village après une longue absence, » a rapporté une source du journal « Al3omk ». La joie était visible sur les visages des participants suite aux émotions positives engendrées par le tournage dans la province de Zagora, qui s’est conclu à la Zaouia Sidi Abdelali.

Il est à noter que l’art de la Hadra dans la région du Drâa est associé aux confréries religieuses. Ses paroles et poèmes sont consacrés à la louange de Dieu et à la glorification du Prophète, paix et salutations sur lui. C’est également un genre artistique distinctivement masculin, dans lequel les femmes ne participent pas à la performance.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @portailnationaldumaroc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *