Politique

Scandale du « baiser intime » : un responsable défend Benali et loue le leadership de l’entreprise australienne

Suite à la controverse déclenchée par la publication d’une photo dite de « baiser intime » avec un homme d’affaires australien, un responsable du ministère de la Transition énergétique et du Développement durable a affirmé que le Maroc s’efforce depuis longtemps de parvenir à la sécurité énergétique et à la souveraineté énergétique du royaume. La société australienne impliquée, qui a conclu un accord avec le groupe OCP pour la fourniture d’hydrogène vert, d’ammoniac et d’engrais localement et en Europe, est reconnue mondialement pour son expertise dans ce domaine.

Le scandale, surnommé « l’incident de Paris », a éclaté après la diffusion d’une photo intime présumée de Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, en compagnie d’un homme d’affaires australien. Cette image a soulevé des questions parmi les activistes concernant un éventuel conflit d’intérêts ou un avantage pour le propriétaire de l’entreprise australienne.

Leila Benali, ministre marocaine de la Transition énergétique et du Développement durable, a commenté une photo que la presse australienne a prétendu montrer la ministre embrassant de manière intime un homme d’affaires australien. La photo a été largement partagée ces derniers jours.

Le responsable, qui a préféré rester anonyme, a mentionné que Fortescue, un leader mondial dans le domaine de l’hydrogène vert, avait conclu un accord en avril dernier avec l’Office Chérifien des Phosphates dans le cadre de l’engagement du Maroc à développer l’hydrogène vert, suivant les directives du roi Mohammed VI.

Leila Benali a assuré que les marchés publics et les appels d’offres dans le domaine des investissements énergétiques supervisés par son ministère respectent strictement les règles de bonne gouvernance, conformément à l’indépendance des décisions des institutions et des établissements publics concernés.

Le journal « The Australian » a publié une photo prétendant montrer Benali et Andrew Forrest, directeur du groupe Fortescue, en train de s’échanger un baiser intime.

Le journal a ajouté que cet événement s’était produit lorsque la ministre marocaine visitait Paris plus d’une semaine auparavant.

L’article accompagnant la photo suggérait une relation romantique entre les deux responsables et soulevait des questions de conflit d’intérêts, après que la ministre eut reçu l’investisseur en question dans une délégation de son groupe en février dernier à Rabat, dans le cadre de discussions bilatérales.

Bien que la photo ne montre pas clairement la ministre, le journal a affirmé avoir confirmé la « validité des informations » contenues dans l’article publié, en se basant sur la réaction du groupe Fortescue, leader dans les domaines de l’énergie verte, des minéraux et de la technologie, qui n’a ni confirmé ni nié l’exactitude de l’information.

D’autre part, Benali a catégoriquement nié les informations erronées relayées par certains sites web concernant son implication dans la photo publiée par un journal australien. Elle a réaffirmé dans un communiqué de presse que cette photo ne la concernait en aucun cas et qu’elle faisait partie d’une campagne de diffamation orchestrée contre elle.

Benali a souligné son engagement total envers l’éthique, la bonne conduite et les qualités d’une bonne réputation, en veillant à respecter l’honneur et la dignité qui caractérisent sa personnalité en tant que femme et mère marocaine authentique, ainsi qu’en tant que ministre responsable dans le gouvernement du Royaume du Maroc, défendant les intérêts supérieurs du pays.

Elle a également exprimé sa gratitude envers tous ceux qui l’ont soutenue et épaulée, des responsables aux membres de la société civile et à tous ceux de bonne volonté. Elle a également affirmé son droit de recourir, si nécessaire, à toutes les procédures et mesures légales disponibles pour défendre ses intérêts et ceux du ministère contre toute personne impliquée, quel que soit son statut.

Il est à noter que « Fortescue » avait signé en avril dernier un accord de partenariat avec le groupe OCP pour fournir de l’hydrogène vert, de l’ammoniac vert et des engrais verts au Maroc, en Europe et sur les marchés internationaux.

Le partenariat comprenait également le développement potentiel d’installations de fabrication et un centre de recherche et développement pour promouvoir l’industrie des énergies renouvelables, qui connaît une croissance rapide au Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *