Politique

La justice impose une amende à Lachgar dans une affaire de diffamation envers des journalistes

Le tribunal de première instance de Rabat a rendu son verdict ce mardi dans l’affaire de la plainte des journalistes Safi Nassiri, ancien journaliste à la radio nationale, et Abdelhak Belachgar, directeur du site « Alyaoum 24 », contre Idriss Lachgar, premier secrétaire du Parti de l’Union Socialiste.

Le tribunal a condamné Idriss Lachgar pour le délit de « diffamation publique » et l’a sanctionné d’une amende pécuniaire effective de 10 000 dirhams, en plus de lui ordonner de payer 24 000 dirhams aux plaignants à titre de dommages civils.

Le tribunal n’a pas retenu la charge de « diffamation » contre Lachgar, mais l’a acquitté de cette accusation tout en le condamnant pour le reste.

Fin avril, le tribunal de première instance de Rabat avait reporté l’audience du procès d’Idriss Lachgar au 21 mai 2024. L’affaire concerne des accusations de diffamation portées contre lui par les journalistes Safi Nassiri et Abdelhak Belachgar.

Lachgar avait comparu devant le tribunal le 30 avril dernier, assisté par sa fille, avocate au barreau de Rabat, suite à la plainte déposée contre lui pour « calomnie et insulte envers des journalistes ». Une autre séance avait été fixée pour les plaidoiries détaillées avant que le jugement ne soit rendu.

Le juge a interrogé Lachgar sur la véracité des accusations des journalistes qui prétendaient être payés, à quoi il a répondu qu’il ne se souvenait pas bien de ses propos, mais a affirmé que la corruption est présente dans le milieu journalistique et que le terme « payés » signifie travailler pour un salaire.

Lachgar s’est défendu en accusant les journalistes d’être hostiles au Parti de l’Union Socialiste et qu’ils ne lui posaient pas de questions lors d’un programme de radio nationale mais l’interrogeaient, car ils répétaient les questions, selon lui.

Lachgar a également évoqué que les journalistes lui avaient demandé s’il envisageait de se présenter à nouveau à la direction du parti, malgré les règles internes du parti interdisant la prolongation de son mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *