Six Belgo-marocains deviennent députés à la Chambre des Représentants en Belgique

28 mai 2019 - 02:29

Six Belges d’origine marocaine ont été élus à la Chambre des Représentants en Belgique, à l’issue du triple scrutin fédéral, régional et européen de dimanche.

Il s’agit de Zakia Khattabi, coprésidente du parti écologiste francophone (Ecolo), Ahmed Laaouej, président du groupe socialiste francophone à la chambre, Meriam Kitir, présidente du groupe socialiste flamand (Spa) à la même chambre, Nabil Boukili du parti du travail de Belgique (PTB) et de Nahima Lanjri et Nawal Farih du parti démocrate chrétien flamand (CD&V).

Beaucoup de Marocains ont également été élus dans les parlements régionaux.

Le scrutin régional a ainsi été marqué par l’élection d’une vingtaine de Belgo-marocains au Parlement de Bruxelles-capitale (15 députés), de Wallonie (3 députés) et de Flandre (3 députés).

La présence de ces élus dits de « la diversité » est ainsi fort marquée chez les partis francophones de gauche et les verts à Bruxelles, un peu moins en Wallonie. Elle est moyenne chez les socialistes flamands et les chrétiens démocrates en Flandre dans le nord du pays, tandis qu’elle est moins visible, voire absente chez les libéraux et la droite.

Les élections législatives et régionales de dimanche ont donné lieu à une large victoire de l’extrême droite du Vlaams Belang en Flandre (Nord) et des nationalistes flamands de la NVA. A Bruxelles et en Wallonie, le parti socialiste francophone est venu en tête.

Le Roi des Belges a entamé, lundi après midi, les consultations pour la formation d’un gouvernement qui s’annonce compliquée, notamment après l’avancée spectaculaire de l’extrême droite qui est passée de 3 sièges à la Chambre des Représentants lors de la précédente législature à 18 sièges après le scrutin de dimanche.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Candidat aux élections législatives, Akhannouch est optimiste

Akhannouch: «Argent et pouvoir», un slogan venu d’Egypte pour empêcher les businessmans d’entrer en politique

Nizar Baraka et Pablo Casado plaident pour « le respect de l’intégralité territoriale des Etats »