Sorties scolaires : le voile islamique désormais autorisé en France

19 juin 2019 - 12:36

Réunis en Commission mixte paritaire (CMP), le 13 juin dernier, les députés et les sénateurs ont accordé leurs violons pour supprimer un amendement visant à interdire le voile, pour les femmes, lors des sorties scolaires. Cette décision, pour les partisans du multiculturalisme, est une victoire.

Ayant travaillé sur le “projet de loi pour une école de la confiance”, les députés et les sénateurs, réunis en Commission mixte paritaire (CMP), le 13 juin, ont défini, à en croire, “RTFrance”, “plusieurs points d’entente, dont le plus notable concerne la suppression d’un amendement visant à interdire le port du voile islamique, pour les femmes accompagnatrices, lors des sorties scolaires”. Cependant, le 15 mai dernier, rappelle le site d’information, ces mêmes sénateurs avaient voté contre l’avis de Jean-Michel Blanquer qui interdisait le port de signes religieux ostentatoires pour les accompagnants.

Ceci est déjà perçu comme une bataille gagnée pour la militante Sihame qui félicite d’ailleurs “toutes les organisations qui se sont mobilisées”. Ce succès a également réjoui l’élu municipal de Saint-Denis, Madjid Messaoudene, qui se décrit comme un “racisé”. Pour ce dernier, cette décision de la CMP est “une victoire face à l’islamophobie galopante visant à instrumentaliser la laïcité à des fins d’exclusion”.

N’en déplaise aux pourfendeurs de cet amendement, dont le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education nationale, Gabriel Attal. Celui-ci s’était illustré, en mai dernier, sur “Cnews”, affirmant être contre une interdiction du voile lors des sorties scolaires : “Quand on n’est pas dans l’école, on n’est pas dans l’école”, avait-il lancé.

En dehors de cet amendement, deux autres dispositions importantes ont été supprimées. Il s’agit, rapporte la même source, de la disposition visant à suspendre les allocations familiales pour les parents d’élèves absentéistes et, la seconde, majoritairement soutenue par les élus “La République en marche (LREM), et qui vise à remplacer les mentions “Père” et “Mère” par “Parent 1” et “Parent 2”.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Découvrez aussi

“Le temps de la nature” et du bilan de la préservation de l’environnement au Maroc

Le Roi adresse un message de condoléances et de compassion à la famille de feu Abdessamad Dinia

Covid-19: 68 nouveaux cas confirmés au Maroc, 73 guérisons en 24H