L’automobiliste indien « Mahindra » lance 3 nouveaux modèles au Maroc

31 octobre 2019 - 09:17

C’est aujourd’hui, lundi 28 octobre, que «Mahindra », l’entreprise indienne fabriquant des automobiles et des tracteurs agricoles lance ses nouvelles marques au Maroc. Il s’agit, selon Youssef Bennani, le patron « Comicom » qui commercialise ces voitures de 3 nouveaux modèles : « KUV 100», un cross over urbain, le « XUV 500 » qui est un « SUV » de 7 places, et enfin le pick-up « Scorpio » nouvelle génération, disponible en version simple cabine et double cabine.

Le détail des caractéristiques techniques et de la tarification correspondante à chaque modèle a été présenté, récemment, lors d’une rencontre à Casablanca qui a connu également la signature du contrat exclusif d’importation et de distribution de « Mahindra ».

A cette occasion, le directeur général délégué de « Comicom » a annoncé que la commercialisation de ces modèles débutera à Casablanca avec l’ouverture de deux showrooms. A partir de l’année prochaine, quatre succursales seront, par ailleurs, ouvertes à Rabat, Marrakech, Tanger et Agadir, et 15 agences commerciales verront le jour dans les cinq prochaines années pour couvrir l’ensemble du pays et améliorer la proximité avec les clients.

Selon Youssef Bennani, le premier espace d’exposition de Casablanca sera construit sur 900 mètres carrés et le second sur 400. Le service après-vente de «Mahindra» est géré par une équipe de professionnels formée par l’automobiliste indien implanté au Maroc depuis 2007. Il dispose des outils et du matériel de diagnostic nécessaires pour effectuer tout type d’entretien et de réparation, précise le responsable marocain.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Découvrez aussi

L’AMMC retire l’agrément de la société «Global Nexus» pour « protéger l’épargne »

Le HUAWEI Y8p est arrivé, un rapport coût-performance satisfaisant

Les économistes istiqlaliens critiquent « les insuffisances » du projet de loi rectificatif des finances