L’ONEE ouvre une enquête sur le «marché» des masques anti Coronavirus

14 mai 2020 - 11:27

L'Office National de l'Electricité et de l’Eau potable (ONEE) a annoncé que son directeur général a décidé d’ouvrir une enquête au sujet d’un marché controversé pour l’achat de milliers de masques pour ses agents pour se prémunir du Coronavirus.

Le journal «Al Oâmk» (rédaction arabophone) a révélé jeudi que la direction générale de L'Office avait payé un prix fort: 1 million 700 400 dirhams pour acquérir 545000 masques. Ils ont été fabriqués par une entreprise non spécialisée dans le domaine et sans passer par la procédure d’appel d’offre et de concurrence, comme l’exige la loi des marchés publics, précisent des sources au journal.

Fixé à 3,12 dirhams la pièce, le prix des masques, qui sont de mauvaise qualité, est trop élevé par rapport au prix du marché marocain qui est de 0,18 dirham, ajoutent nos sources. Ces dernières font également remarquer que via ce marché, conclu au plus fort de la crise du Coronavirus, les boites de masques livrées contenaient 50 pièces, et ce en violation de la décision du ministre de l'industrie qui exige que les masques commercialisés auprès du public soient vendus dans des boites de 10 pièces.

Nos sources s’interrogent sur les raisons ayant poussé l’ONEE à conclure ce genre de marché et à recourir à ce type de service auprès d’une « agence de voyages » alors qu'existent des entreprises spécialisées, listées par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Économie verte et numérique, et approuvées par l'Institut marocain de normalisation (IMANOR). Des questions se posent également sur le rôle de sous-traitance joué par cette agence. En outre, le premier lot de masques livré à ONEE a été acquis auprès d'une entreprise qui ne disposait pas de certificat de qualité.

Un syndicat avait d’ailleurs envoyé une lettre au Directeur général lui demandant de jeter la lumière sur toutes ces violations. Nos sources soulignent, notamment, que ce marché constitue une violation du principe de décentralisation et de régionalisation car l'administration avait pris cette décision et choisi le fournisseur au niveau central, mais ce sont les services régionaux qui ont été appelés à payer et à s’acquitter des dépenses du marché.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19 : 238 nouveaux cas confirmés au Maroc, 12.290 au total

Covid-19: 175 nouveaux cas confirmés et 17 guérisons au Maroc en 24H

Covid-19: 244 nouveaux cas confirmés et 67 guérisons au Maroc en 24H