Marzouki: Le Roi Mohammed VI est intelligent … Une fausse nouvelle a prolongé le séjour Royal en Tunisie en 2014 (Vidéo)

22 mai 2020 - 03:42

L’ancien président tunisien Moncef Marzouki, a dévoilé certains aspects de la visite du Roi Mohammed VI en Tunisie durant l’été 2014, la première du genre après la chute du régime de Zine El-Abidine BEN ALI.

Lors d’une vidéoconférence organisée, jeudi, par la jeunesse du parti de l’Istiqlal, Marzouki a déclaré que le secret du prolongement du séjour du Roi en Tunisie, de deux jours, comme prévus officiellement, à 10 réside dans la diffusion d’une fausse information par certains médias.

Il a ainsi expliqué, lors de la vidéoconférence animée par le directeur du journal « Al Oâmk » Mohamed Laghrous, que cette fausse nouvelles, diffusée avant l’heure du dîner organisé au palais présidentiel, en l’honneur du Roi Mohamed VI, laissait entendre que le Roi avait quitté la Tunisie en colère contre Moncef Marzouki. Mais le roi avait choisi de répondre à sa manière en décidant de rester en Tunisie 8 jours de plus.

Pour Marzouki, c’est une manière qui révèle l’intelligence du roi Mohammed VI et qui avait stupéfié la garde présidentielle d’autant plus qu’il se promenait dans les rues de Tunis sans escorte. Ce comportement du Roi était, selon lui, une preuve des bonnes relations qui lient les marocains et les tunisiens.

Moncef Marzouki a exprimé le souhait que le Roi Mohamed VI rende, de nouveau, visite à son pays, soulignant que l’amour entre les peuples tunisien et marocain restera éternel, quoi qu’il arrive, appelant, en même temps, les algériens à revoir leur position par rapport à la question de l’union du Maghreb.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le ministre yéménite des Affaires Étrangères depuis Rabat : l’Iran soutient le terrorisme et le Maroc souffre de son ingérence (vidéo)

Une agence américaine salue les réformes du gouvernement et se montre optimiste quant à l’avenir de l’économie marocaine

Sahara marocain : Le Luxembourg considère le plan d’autonomie comme « une bonne base pour une solution acceptée par les parties »