De larges prérogatives aux walis et aux gouverneurs dans la levée progressive du confinement

09 juin 2020 - 06:43

Le journal « Al Oâmk » (rédaction arabophone) a appris de sources concordantes que le gouvernement accordera aux walis et aux gouverneurs de larges prérogatives, après la levée officielle du confinement le mercredi 10 juin. Ils auront ainsi le pouvoir de décider directement de tout ce qui concerne cette question dans toutes les wilayas et les provinces.

Selon ces sources, la prolongation de l'état d'urgence sanitaire sera nécessaire pour gérer les effets de la pandémie, alors que la levée de la quarantaine sera laissée à la discrétion des autorités locales dans les préfectures et les provinces. A cet égard, deux indicateurs seront pris en compte. Le premier est le degrés de la propagation du virus et le second est lié à l’état du système de santé.

Les sources du journal ont souligné que la levée du confinement ne sera pas totale après le 10 juin. Elle le sera selon un plan progressif ouvrant les secteurs peu touchés par la pandémie tels que les sociétés de communication et les agences bancaires, alors que les entreprises et les grandes usines ne seront autorisées à retravailler que selon un protocole sanitaire strict avec stérilisation et distanciation sociale.

Pour l'hôtellerie, la restauration, et le tourisme en général, nos sources indiquent que la levée des restrictions sera tardive, étant donné les risques potentiels qu’une levée complète de la quarantaine peut entraîner. Cela dépendra du degré de respect des procédures sanitaires. A cet effet, le département de tutelle élaborera un guide professionnel en coordination avec le ministère de la santé pour permettre une reprise de travail progressive et sans risque.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Tazi: Le débat sur la richesse est « dangereux » et ne mènera pas à une réconciliation

Zagora : le conseil provincial adopte des projets en matière d’éducation, de santé et d’eau potable

Un leader du RNI : « Ni «G8 » ni « G4 », nous refusons toute alliance avant les élections »