Covid-19: Un test israélien avec des résultats en 1 seconde et une précision de 95%

19 août 2020 - 01:22

Des scientifiques israéliens testent un nouveau test de gargarisme ultra-rapide pour le coronavirus sur des centaines de patients et rapportent que jusqu’à présent, il s’avère précis à 95 %.

Les développeurs ont construit une machine alimentée par USB de la taille d’un cendrier, qui ne prend qu’une seconde pour effectuer une analyse de la lumière du bain de bouche gargarisé par le patient.

Ils en sont à peu près à la moitié d’une expérimentation sur 400 personnes dans le plus grand hôpital d’Israël, l’hôpital Sheba, et si le niveau de précision continue à impressionner, ils s’attendent à ce que le test devienne disponible au niveau international d’ici la fin de l’année.

L’équipe d’innovation, issue de Sheba et de la société d’imagerie Newsight, affirme que la technologie a le potentiel de remplacer le test PCR, qui comprend un processus de prélèvement désagréable et nécessite de longues analyses en laboratoire, en tant que principale méthode de dépistage utilisée dans le monde. Les tests PCR semblent être fiables à environ 80 %.

Le test PCR accéléré, la méthode actuellement la plus rapide, n’est pas largement disponible et, avec un délai de 15 minutes au mieux, coûte cher financièrement.

«Ce système est très rapide, bon marché et semble fiable», a déclaré au Times of Israel le professeur Eli Schwartz, responsable de l’expérimentation et du Centre de Médecine Géographique de Sheba. « Il convient au dépistage de masse, ainsi qu’au dépistage à l’aéroport, dans les maisons de retraite et même au dépistage à domicile. »

Il ajoute: « L’idée est de remplacer les tests PCR, en particulier dans les endroits où il faut un dépistage de masse. » Schwartz a déclaré que le système donnera des résultats positifs-négatifs très précis et que l’analyse PCR ne sera nécessaire que pour des résultats flous ou tendancieux, ou si les professionnels de la santé veulent des informations détaillées sur la charge virale, ce que son test ne fournira pas.

De gauche à droite : Eli Assoolin, PDG de Newsight, le professeur Eli Schwartz du centre médical Sheba, et Eyal Yatskan, co-fondateur de Newsight, avec la machine pour tester les échantillons de gargarismes. (Autorisation de Newsight)

Les patients se rincent la bouche avec 10 millilitres d’un rince-bouche spécial, puis crachent dans un tube. L’échantillon est placé dans une machine qui l’analyse et indique s’il correspond au profil d’un échantillon infecté par COVID-19.

La machine, appelée SpectraLIT, ne nécessite aucun produit chimique, et aucune compétence médicale n’est requise pour la faire fonctionner.

Eli Assoolin, PDG de Newsight, a déclaré au Times of Israel que la machine illumine l’échantillon et sur une puce spéciale. « Une source de lumière le traverse, une partie de la lumière est absorbée, et le reste est capturé par les capteurs ».

Le processus est une définition de la « signature spectrale » de l’échantillon : la matière réfléchit différentes signatures lumineuses, en fonction de sa composition. Des outils d’intelligence artificielle ont permis aux développeurs de déterminer à quoi ressemble la signature du bain de bouche d’une personne positive au coronavirus, par opposition au bain de bouche de quelqu’un d’autre.

Dans les semaines précédant l’expérimentation en cours, le personnel a introduit dans la puce des données de signature spectrale provenant de nombreuses personnes dont on connaissait l’état de positivité/négativité. Les données recueillies par les capteurs pour la signature spectrale de chaque personne ont été saisies dans un algorithme qui permit de créer un profil des personnes infectées et non infectées.

Si la nouvelle méthode de dépistage se généralise et rend les tests plus accessibles, comme il l’espère, Schwartz a déclaré que cela se révélerait « salvateur » en alertant les gens à s’isoler plus rapidement.

La machine construite par le centre médical Sheba et la société d’imagerie Newsight pour analyser le bain de bouche avec lequel les patients se sont gargarisés. (Autorisation de Newsight)

Assoolin a déclaré que cela résoudrait également un problème majeur de pénurie du PCR. « Il y a une grande pénurie de kits de test PCR, et nous n’aurons plus besoin de ces kits chers et des produits chimiques nécessaires à l’analyse », a-t-il commenté.

Assoolin a déclaré que des brevets ont été déposés internationalement pour la technologie. Virusight Diagnostics, une société créée conjointement par Sheba et Newsight, peut rapidement démarrer la production de masse des machines et matériaux nécessaires pour les tests, a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Nous espérons que d’ici la fin de cette année, le système sera disponible dans le commerce pour tout le monde, et avant cela, nous espérons qu’il sera utilisé dans des lieux-clés, y compris dans les aéroports. »

Le tube et le bain de bouche particulier donnés aux patients coûteront 25 centimes, un peu moins d’un shekel. Les développeurs espèrent qu’une fois que les machines seront en production de masse, elles seront disponibles à partir de 200 dollars, environ 700 NIS.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Coronavirus: l’OMS affirme « encore longue » la voie vers la fin de la pandémie

Une commission de l’ONU reclasse le cannabis hors de la catégorie des drogues les plus dangereuses Monde

Argentine : Le médecin de Maradona visé par une enquête pour homicide involontaire