L'ANAM œuvre à élargir l'éventail des bénéficiaires de la couverture médicale de base

12 décembre 2020 - 02:57
MAP

L'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM), à travers sa stratégie pour la période 2020-2024, envisage de travailler avec le reste des intervenants pour élargir l'éventail des bénéficiaires de la couverture médicale de base, conformément aux Hautes orientations royales.

A l'occasion de la Journée mondiale de la couverture sanitaire célébrée le 12 décembre, avec pour thème "Protéger tout le monde", l'ANAM a indiqué dans un communiqué qu'elle aspire à mettre à jour le panier de traitements tout en renforçant les mécanismes de financement du régime de la couverture médicale de base, afin d'assurer un accès équitable et sûr à des prestations de qualité en phase avec l'évolution du domaine médical.

La célébration de cette journée est l'occasion de remémorer les Hautes directives de SM le Roi Mohammed VI, contenues dans le discours du Trône du 29 juillet 2020, appelant à généraliser la couverture sociale au profit de tous les Marocains à partir de janvier 2021 et au cours des cinq prochaines années, à commencer par la généralisation de la couverture sanitaire obligatoire à l'horizon 2022.

Il s'agit aussi de s'arrêter sur les principales réalisations en matière de couverture sanitaire ainsi que d'échanger et de présenter des idées susceptibles de favoriser l'amélioration du régime de la couverture médicale.

L'Agence a dans ce cadre passé en revue ses réalisations depuis la mise en application du Code de la couverture médicale de base, relevant que la proportion de la couverture de la population est passée de 16% en 2005 à 70% pour tous les régimes de couverture médicale en 2019, répartis entre les salariés et les retraités du secteur public (9% des bénéficiaires), les salariés et les retraités du secteur privé (21%), le Rrégime de l'assistance médicale (30%), les étudiants (1%), les régimes spéciaux (5%) et les catégories relevant de l'article 114 de la loi n° 65-00 (4% des bénéficiaires).

Dans la perspective d'atteindre une couverture de 90% de la population, l'agence note qu'il a été procédé en 2017 à la promulgation du cadre juridique et réglementaire de la couverture médicale pour les professionnels, les travailleurs indépendants et les non-salariés, affirmant que les efforts se poursuivent pour achever la mise en œuvre du régime de couverture médicale de base pour les autres catégories.

Quant aux dépenses enregistrées en 2019, elles ont atteint 9,4 milliards de dirhams pour le régime d'assurance maladie obligatoire de base pour les salariés et les retraités des deux secteurs public et privé, gérés respectivement par la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

L'ANAM s'est également arrêtée sur les acquis au niveau du régime d'assistance médicale en dépit des lacunes et des difficultés qui entravent sa mise en œuvre optimale, considérant que l'indicateur du pourcentage des dépenses restantes à la charge des assurés reste en deçà du niveau requis, représentant 31,5% pour les assurés de la CNOPS et 37,6% pour ceux de la CNSS.

A cet effet et afin de réduire les dépenses restantes de l'assuré, l'Agence s'est attelée notamment à actualiser la liste des médicaments dont les frais sont remboursables au titre du régime Assurance maladie obligatoire de base, passant de 1.000 médicaments en 2006 à 4.477 fin 2020. Elle a également revu la liste des maladies chroniques donnant droit à une exonération totale ou partielle de la part restante à la charge de l'assuré et élaboré un plan d'action conjoint en partenariat avec le ministère de la Santé et les organismes scientifiques.

Par ailleurs, l'ANAM veille avec les différents acteurs à parachever le processus de renouvellement des conventions signées, sous la supervision de l'Agence nationale d'assurance maladie en janvier 2020, entre la CNSS, les établissements de santé privés et les médecins généraux et spécialistes dans le secteur privé, poursuit le communiqué.

Dans le contexte, elle relève que le processus de renouvellement des conventions sera poursuivi l'année prochaine avec les catégories des biologistes, des dentistes et des pharmaciens afin de permettre aux assurés de récupérer le maximum des frais payés.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19

Les premières doses du vaccin AstraZeneca sont arrivées au Maroc

Settat : 17 élèves légèrement blessés dans un accident de la route