Espagne : accusé d’avoir reçu le vaccin avant les groupes à risque, le chef de l’état-major démissionne

23 janvier 2021 - 08:41

Le chef de l’état-major de l’armée espagnole, le général Miguel Ángel Villarroya, a présenté samedi sa démission après avoir été accusé d’avoir reçu le vaccin avant les groupes à risque comme il est prévu dans la stratégie nationale de vaccination massive contre le nouveau coronavirus, a annoncé l’état-major espagnol.

« Dans le but de préserver l’image des forces armées, le général Villarroya a présenté ce samedi sa demande de démission à la ministre de la Défense », a ajouté l’état-major dans un communiqué.

Sa démission a été acceptée par la ministre de la Défense, Margarita Robles.

Dans sa lettre adressée à Mme Robles, le général de l’armée de l’air Miguel Ángel Villarroya, 63 ans, a, toutefois, indiqué n’avoir jamais eu l’intention de « profiter de privilèges injustifiés ».

Plusieurs autres membres de l’état-major et des politiques espagnols sont accusés d’avoir indûment reçu une première dose du vaccin, violant ainsi les principes et les critères déterminés dans le plan de vaccination anti-Covid 19 tracé par le gouvernement de Pedro Sanchez.

Le général Villarroya est le deuxième responsable espagnol de haut niveau qui a été contraint de démissionner suite à cette polémique après le conseiller régional de la Santé de Murcie, Manuel Villegas.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid 19 : 200 millions de doses de vaccin de l’UE pour l’Afrique

Jour de l’Aïd : tentative d’assassinat du président malien Assimi Goïta

Les élections législatives et présidentielles en France en juin et juillet 2022