Espagne : accusé d’avoir reçu le vaccin avant les groupes à risque, le chef de l’état-major démissionne

23 janvier 2021 - 08:41

Le chef de l’état-major de l’armée espagnole, le général Miguel Ángel Villarroya, a présenté samedi sa démission après avoir été accusé d’avoir reçu le vaccin avant les groupes à risque comme il est prévu dans la stratégie nationale de vaccination massive contre le nouveau coronavirus, a annoncé l’état-major espagnol.

« Dans le but de préserver l’image des forces armées, le général Villarroya a présenté ce samedi sa demande de démission à la ministre de la Défense », a ajouté l’état-major dans un communiqué.

Sa démission a été acceptée par la ministre de la Défense, Margarita Robles.

Dans sa lettre adressée à Mme Robles, le général de l’armée de l’air Miguel Ángel Villarroya, 63 ans, a, toutefois, indiqué n’avoir jamais eu l’intention de « profiter de privilèges injustifiés ».

Plusieurs autres membres de l’état-major et des politiques espagnols sont accusés d’avoir indûment reçu une première dose du vaccin, violant ainsi les principes et les critères déterminés dans le plan de vaccination anti-Covid 19 tracé par le gouvernement de Pedro Sanchez.

Le général Villarroya est le deuxième responsable espagnol de haut niveau qui a été contraint de démissionner suite à cette polémique après le conseiller régional de la Santé de Murcie, Manuel Villegas.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

La France lance avec succès un satellite de communication militaire dernière génération

L’acteur Alec Baldwin tue accidentellement une femme sur un tournage après un coup de feu

USA: l’ex-secrétaire d’Etat, Colin Powell, n’est plus