El Othmani a-t-il menacé de démissionner, si le PJD votait contre le projet de loi sur le cannabis ?

11 mai 2021 - 04:35

Le groupe du parti de la Justice et du développement (PJD) à la Chambre des représentants est catégorique. Il dément les informations selon lesquelles Saad Eddine El Othmani, secrétaire général du parti, et président du gouvernement, aurait menacé de démissionner si son groupe votait contre le projet de loi sur le cannabis.

Le groupe n’a jamais abordé ni de prés ni de loin ce sujet, affirme le group PJD dans un communiqué reçu par le journal « Al Oâmk » (rédaction arabophone). Saad Eddine El Othmani ne s’est pas non plus retiré de la réunion tenue mardi dernier. Il est resté jusqu’à la fin soit quelques minutes seulement avant la rupture du jeûne, ajoute le communiqué.

Le groupe du PJD précise qu’il s’agit d’une réunion ordinaire qui a lieu chaque fois qu’un problème ou un événement nécessite des consultations ou un débat élargi avec la direction du parti, en vue de rassembler de plus amples informations permettant de prendre les mesures nécessaires et ce dans un respect total des dispositions de la loi du parti et du règlement intérieur du groupe.

La réunion a eu lieu à la demande du Secrétaire général, pour discuter du projet de loi controversé sur l’usage du cannabis à des fins médicales et industrielles. Un texte arrivé à la phase d’élaboration des amendements à la Chambre des représentants et que tous les partis, même ceux de l’opposition, pourraient voter à l’exception du PJD. Certains médias avancent que ce dernier pourrait finalement s’abstenir lors du vote prévu, sans coup de théâtre, durant les prochains jours.

Les discussions avec Saad Eddine El Othmani ont été marquées, comme d’habitude, par le sérieux et la profondeur, conclut le communiqué.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le ministre yéménite des Affaires Étrangères depuis Rabat : l’Iran soutient le terrorisme et le Maroc souffre de son ingérence (vidéo)

Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l’équipement de CHU

Les Marocains « abandonnent » les centres de vaccination… et le stock de vaccins du Royaume dépasse les 11 millions de doses