Le Maroc critique la décision française de réduire le nombre de visas (vidéo)

28 septembre 2021 - 06:31

Le Maroc a vivement critiqué la décision de la France de réduire le nombre de visas accordés aux Marocains désirant se rendre à l’hexagone suite à un différend sur le traitement du dossier de l’immigration.

Le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des marocains résidents à l’étranger Nasser Bourita a estimé qu’il s’agit d’une décision « injustifiée » reflétant un problème « franco-français ».

Il a précisé que le Maroc a toujours traité la question de l’immigration et de la circulation des personnes avec un sens de la responsabilité et de l’équilibre, notant que c’est sur cette base que les consulats du royaume en France ont accordé, au cours de 8 mois, environ 400 documents permettant le retour de personnes en situation irrégulière.

Il a également appelé à faire la différence entre la circulation des personnes (étudiants, hommes d’affaires ou professionnels de la santé) et la lutte contre l’immigration clandestine, ajoutant que Rabat entretient des relations claires à cet égard.

Le Maroc exige un test PCR pour entrer sur son sol, ajoute le responsable marocain, alors que la France n’oblige pas les voyageurs à destination du Maroc à passer ce test. Par conséquent, il s’agit d’un problème purement français, alors que les lois du Maroc sont claires, a-t-il ajouté.

Bourita a conclu ses déclarations en soulignant que la procédure de livraison de visa est une décision souveraine qui doit être examinée avec précision car elle ne reflète pas la coopération consulaire nécessaire entre les deux pays, et ne respecte pas le principe de responsabilité avec lequel le Maroc traite ce dossier.

Pour rappel, le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, avait annoncé, mardi, le durcissement des conditions d’obtention de visa pour les citoyens du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Une décision justifiée, selon Paris, par les procédures suivies par ces trois pays qui « freinent l’efficacité des reconduites effectives » à la frontière des immigrés refoulés de France.

Dans une déclarations à radio Europe 1, Gabriel Attal avait qualifié cette décision de « radicale et inédite, mais nécessaire » espérant que cela incitera ces trois pays à changer de politique.

Le président français Emmanuel Macron avait décidé, le mois dernier, de diviser par deux le nombre de visas délivrés au Maroc et à l’Algérie et de le réduire de 30% pour la Tunisie.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Littoral d’El Jadida menacé : L’Alliance pour le climat appelle à l’intervention du wali et du Centre d’investissement

La Chambre des conseillers approuve le projet de loi des finances

Exclusif. Mohamed Al Aâsli: Le journal « Al Massaâ » papier n’est pas mort malgré « le complot »