Marzouki: Je résisterai contre le coup d’état jusqu’au dernier souffle

12 octobre 2021 - 08:19

L’ancien président tunisien Monsef Marzouki a répondu avec force aux accusations de sympathisants de l’actuel président Kaîs Saïed qui l’ont qualifié de traitre à la nation.

Dans une déclaration au site d’information « Aârabi 21 » Marzouki, « l’accusation de trahison est fausse. J’ai dit aux Français, dans leur propre fief, qu’ils ont une très mauvaise réputation dans les pays du Maghreb. Et je leur ai demandé d’arrêter leur soutien à la dictature. C’est une position que je défend depuis 20 ans ».

S’adressant à Kaîs Saïed, il a déclaré : « Il est clair que cet homme est dérangé par le rôle que je joue, car je l’ai dépouillé de toute légitimité. Je suis un démocrate et un défenseur des droits de l’homme et je n’ai changé d’avis à son propos que lorsqu’il a changé sa position au sujet de la Constitution.. J’ai respecté sa légitimité jusqu’au 25 juillet dernier, et quand il s’est éloigné de la légitimité, il est devenu un président illégitime ».

Marzouki a précisé qu’il « a interpellé le peuple tunisien, ainsi que tous les pays démocratiques, pour ne pas reconnaitre cette légitimité ». e d’ajouter : « J’ai combattu la dictature de Ben Ali et de Bourguiba. Et je resterai, jusqu’à la dernière goutte de mon sang, un soldat défendant mon peuple et son droit à la démocratie. Je le défendrai et j’appellerai le peuple à me soutenir contre cette personne et à former un front démocratique dont le but est de revenir à l’avant 2014 ».

L’ancien président tunisien a mis en garde contre les répercussions de l’incitation à la violence contre sa personne. « Aujourd’hui, ils sont entrain de lancer des appels pour brûler ma maison … mon intégrité physique est vraiment en danger ».

Concernant le nouveau gouvernement, Marzouki a déclaré: « Malheureusement, c’est un gouvernement amateur. Aucun des ses membres n’est connu et n’a d’expérience gouvernementale. La Tunisie fait face à de nombreuses crises… Je suis triste pour mon pays à cause de ces politiques absurdes ».

Pour rappel, le président Marzouki avait annoncé dans un poste sur Facebook que ce n’est pas la premier fois qu’il fait l’objet de ce genre d’accusation et de tentatives de diabolisation, dit-il, rappelant des attaques remontant à 2013, 2016 et à 2018 lancées notamment par l’entourage de l’ancien président Kaid Sebssi.

« Aujourd’hui, des personnes appellent à bruler ma maison en m’accusant d’avoir demander une intervention française en Tunisie », a t-il révélé.

Marzouki a demandé à son avocat de porter plainte contre ces personnes même s’il sait que cette plainte restera, comme les autres, dans les tiroirs de la justice. Mais « tous ces dossiers finiront par ressortir le jour où nous mettront fin à la contre-révolution. Une perspective qui n’est pas impossible ni pour Dieu ni pour le peuple » a-t-il conclu.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19: Plus de 860.000 personnes ont reçu la 3ème dose

Revenus des sportifs: Le PLF-2022 propose la révision de l’abattement forfaitaire

Le complexe commercial « M Avenue » ouvre ses coulisses à Marrakech