Mehdi: perdu puis retrouvé à Barcelone

01 novembre 2021 - 11:00

Ssi Mehdi est venu de Meknès voir son fils qui tient une salle de sport à Barcelone. Il vient aussi voir ses petits enfants qui lui parlent en catalan. Il ne les comprend pas, mais n’en a cure, il les voit, c’est l’essentiel. Le premier jour, il sort pour faire un tour dans le quartier. Il découvre la ville, si différente de la sienne, à Meknès ! Il n’ose s’engouffrer dans le Métro, bien qu’on lui a raconté qu’on pouvait circuler dans toute la ville avec ce train souterrain…
De lieu en lieu, d’étonnement en étonnement, Mehdi chemine dans la ville.

Il s’éloigne de la maison de son fils. Mais le temps passe, il est tard, il doit rentrer… Il ne retrouve pas son chemin. Il erre pendant plus d’une heure en tentant de se souvenir d’un coin de rue, d’un café, d’une boutique. Mais les choses sont trop différentes de ce qu’il connait, de ce qu’il a l’habitude de voir. Il ne s’y retrouve pas, il est perdu ! Il n’a pas d’argent sur lui, ni l’adresse de son fils.

Il avise un groupe de jeunes hommes maghrébins
Par chance, ce sont des marocains. Il leur raconte son histoire et leur demande de l’aide. Oui mais comment ? Il a bien un téléphone, mais il ne fonctionne qu’au Maroc. Mehdi a le numéro de l’épicerie en face du four où il travaille. Le four du derb où toutes les familles viennent faire cuire leur pain. Enfin, où toute les familles venaient avant que dans chaque maison on installe une cuisinière avec four..

Un des jeunes appelle l’épicier à Meknès, mais celui-ci n’a pas le numéro de téléphone du fils de Mehdi à Barcelone
Par contre, il peut appeler la sœur de Mehdi à Casablanca, qu’il a déjà vue et dont il a le numéro par chance. La sœur de Mehdi donne le numéro de son fils Kader qui vient souvent à Meknès. Et Kader a le numéro de son cousin émigré à Barcelone. Kader appelle son cousin, la liaison est maintenant établie. Mais où situer Mehdi dans cette grande ville ?

Mehdi avise une grande place avec une statue de Colomb
C’est la statue de Christophe Colomb. Tout en bas des Ramblas. Il dit qu’il se tiendra au pied de la statue pour qu’on vienne l’y chercher. Après tout, Colomb a trouvé l’Amérique, c’est de bonne augure pour qu’on vienne le retrouver, lui, perdu à Barcelone. C’est ce qui est fait. Les jeunes marocains sont remerciés, Mehdi a retrouvé sa famille.

Jacques Ould Aoudia, Économiste, et Vice président de l’association franco- marocaine « Migrations et développement ».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Soft Power : Le Maroc parmi les pays les plus influents en Afrique

Le paradoxe de Jouahri

Aperçu sur la compétitivité et la complémentarité économique des énergies à bas carbone : l’option nucléaire pour la production d’électricité et le dessalement de l’eau de mer