La justice espagnole: Pedro Sanchez a orchestré l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

15 mars 2022 - 02:00

Le juge d’instruction dans l’affaire de l’entrée du dirigeant du Polisario Ibrahim Ghali en Espagne, Rafael Lassala, a confirmé que le Chef de gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, était celui qui avait orchestré l’arrivée du chef du polisario dans le pays.

Alors que le juge a abandonné les charges contre Camilo Villarino, ancien directeur de cabinet d’Arancha González Laya, il a maintenu l’accusation contre cette dernière, en réponse à l’appel du procureur de la République, qui a demandé à séparer les deux dossierS. « Ce que la loi nous dit, c’est que le Chef du gouvernement a dirigé cette action conjointe», a déclaré le juge, selon le journal El Pais, ajoutant qu’il n’avait pas informé la Cour suprême nationale de l’affaire.

Selon Lassala, puisque « des autorités et des responsables des ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Défense ont été impliqués dans cette affaire et que leur travail a été immédiat et coordonné, ce que la loi nous dit, c’est que Chef du gouvernement a orchestré l’entrée de Ghali en Espagne».

El Pais a indiqué que bien que la réception de Ghali soit le résultat d’une demande reçue par l’ancienne ministre des Affaires étrangères Gonzalez Laya de la part de l’Algérie, le juge insiste sur le fait que « la décision finale appartenait au chef du gouvernement ».

Le juge d’instruction a expliqué que rien n’indiquait jusqu’à présent que l’ancienne ministre et son directeur de cabinet aient participé à la falsification d’une pièce d’identité personnelle pour Ghali ou à son hospitalisation à l’hôpital San Pedro de Logrono. Il a ajouté: «Il est possible de parler de dissimulation des crimes sur lesquels la Cour nationale enquêtait au sujet de Ghali, expliquant que « donner les soins aux patients est toujours considéré comme un acte humanitaire, bien que les critères selon lesquels les priorités sont établies parmi les patients dans la même situation clinique sont discutables». «C’est quelque chose qui dépasse le cadre de cette enquête judiciaire», conclut-il.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Chefchaouen: tenue d’une conférence internationale sur les « Simuliidae »

Grands concerts de Rabat: la scène OLM Souissi retrouve son éclat après deux ans de Covid-19

Une importante délégation d’administrateurs du Groupe de la BAD en visite de travail au Maroc