Bourita s’envole pour Israël pour participer à un sommet historique

28 mars 2022 - 01:00

Dimanche, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken tiendra une rencontre « historique » en Israël avec ses homologues des pays arabes qui ont normalisé les relations avec l’Etat hébreu, dans le cadre d’une tournée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Après son arrivée samedi soir à Tel-Aviv, Blinken rencontrera dimanche après-midi les ministres des affaires étrangères d’Israël, du Maroc, de l’Égypte, du Bahreïn et des Émirats arabes unis dans le désert du Néguev dimanche et lundi.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn sont les deux premiers États du Golfe à avoir normalisé leurs relations avec Israël en septembre 2020 dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis, suivis du Maroc et du Soudan. Ces accords ont mis fin à des décennies de consensus arabe pour exclure toute possibilité de paix avec Israël en l’absence de solution au conflit israélo-palestinien. Blinken est venu de Pologne, et restera jusqu’à lundi en Israël, où il rencontrera le Premier ministre Naftali Bennett. Il se rendra également à Ramallah pour s’entretenir avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Blinken poursuivra ensuite sa tournée lundi en Algérie puis au Maroc, où il rencontrera dans ce dernier le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed, devenu un acteur politique majeur dans la région.

Blinken espère obtenir un soutien aux efforts des États-Unis et de l’OTAN pour faire face à l’invasion russe de l’Ukraine, compte tenu des graves conséquences économiques de la guerre, en particulier des prix élevés de l’énergie et du risque d’une pénurie mondiale de blé qui pourrait entraîner une crise au Moyen-Orient, qui dépend fortement des importations de cette matière vitale.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Boeing livre son dernier 747, une page se tourne pour le transport aérien

Pfizer anticipe un recul important des ventes de ses produits anti-Covid en 2023

La stabilité politique et la sécurité juridique font du Maroc la principale destination des investissements espagnols en Afrique (Pdt Patronat)