Le Maroc fait face à la crise céréalière en important 41% de ses besoins du Brésil et d’Argentine

14 juin 2022 - 03:30

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, des Eaux et Forêts, Mohamed Seddiki, a déclaré qu’à la lumière de la poursuite de la guerre russo-ukrainienne, le gouvernement a eu recours à des mesures supplémentaires pour assurer l’approvisionnement du marché national en blé, ainsi que d’adopter une stratégie de diversification des sources d’approvisionnement afin d’éviter tous les facteurs qui pourraient affecter le marché national.

Dans une question écrite sur les moyens de faire face aux répercussions de la guerre russo-ukrainienne sur les importations agricoles, Seddiki a passé en revue les mesures prises par le gouvernement pour approvisionner le marché national.

Le responsable gouvernemental a ajouté que le gouvernement avait « annulé les droits d’importation imposés sur les importations de blé dur à partir du 1er août 2021 », en plus « d’adopter une subvention sur les importations de blé tendre du 21 novembre jusqu’à la fin avril 2022, qui a été prolongé. »

Dans le même contexte, le ministre de l’Agriculture a confirmé que le système de subventions a jusqu’à présent permis l’importation de quantités qui dépassent les besoins mensuels des minoteries industrielles de blé tendre, sachant, ajoute Seddiki, que le but ultime de l’aide financière de l’État reste pour maintenir la stabilité des prix du pain extrait de farine de blé tendre à 1,20 dirhams l’unité.

Quant à l’approvisionnement en blé dur, le ministre a indiqué que les prix internationaux restent élevés au Canada et en France. Les départements concernés étudient tous les moyens possibles pour limiter la hausse des prix des matières manufacturées à partir des dérivés du blé dur sur le pouvoir d’achat des citoyens.

Le ministre de l’Agriculture a indiqué que « notre pays a adopté une stratégie de diversification des sources d’approvisionnement afin d’éviter tous les facteurs qui pourraient affecter le marché national », notant que « au cours de la campagne précédente, les céréales ont été fournies à partir de 25 pays appartenant à l’Europe, Amérique du Nord et du Sud et Asie.

Il a expliqué que « au cours de la dernière période de la campagne de commercialisation en cours, les importations ont été effectuées à partir de 15 pays malgré les répercussions des conditions climatiques et des facteurs géopolitiques actuels, le Brésil et l’Argentine représentant 41% des importations jusqu’à fin février 2022.  »

En conséquence, le responsable gouvernemental a souligné que le royaume est resté à l’abri des répercussions des fluctuations externes dues à la guerre en cours entre l’Ukraine et la Russie, qui sont les deuxième et troisième fournisseurs de blé tendre du Maroc.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Hydrogène vert : Une délégation marocaine en Belgique pour examiner les perspectives de coopération et d’investissement

Crédit du Maroc: l’AMMC vise la note d’information relative à l’OPA

La masse monétaire augmente de 8% en décembre 2022 (BAM)