Le film « Charter » couronné de plusieurs prix internationaux

12 septembre 2022 - 02:35

A travers son film « Charter », le réalisateur El Houssine Hnine signe une participation équilibrée aux activités des festivals nationaux et internationaux, après avoir été couronné de plusieurs prix internationaux.

Le film « Charter » aborde une nouvelle question ancienne, avec ses dimensions humaines et cosmiques, liée à tout ce qui concerne l’incompréhension de la religion, l’asservissement des femmes et leur exploitation de la manière la plus odieuse, à travers l’histoire du couple « Assu et Khadija ».

Ce film raconte une histoire réaliste dépeinte dans la tribu de la province d’Ait Sgrochen Taza, d’un homme qui a divorcé de sa femme par trois, et afin de résoudre pour lui, et de retrouver sa chaleur, elle doit épouser un autre homme, mais le dernier mari a refusé de divorcer de la femme, seulement pour être tué par le premier mari et la calamité se produit.

À travers sa vision poétique profonde de la mise en scène, Hussein Hanin aborde plusieurs sujets, liés à la relation entre les hommes et les femmes, les groupes militants, les idées réactionnaires, la vision des partisans de la ligne dure sur le divorce, l’identité et le langage amazigh.
Le réalisateur a choisi la couleur de la noirceur comme espace colorimétrique qui met en valeur les différents lieux de tournage, et le critique de cinéma Mustafa Al-Sufi a commenté: « Le réalisateur a été intelligent en simplifiant les accessoires, les thèmes et les marques, ce qui rend la couleur de la noirceur en particulier, parallèle et en harmonie avec le contenu général du film.

« Filmmath peut être considéré comme l’un des films cinématographiques, qui s’exprime par le silence, plus que par les mots, exprimé par l’image, par la poétique de la nature, le contenu des couleurs, le symbolisme des mouvements, la connotation des sons, de sorte qu’Assou et Khadija ont pu présenter une image vivante d’un monde dissonant et contradictoire, et donc le réalisateur a pu à travers le processus de casting réussir à choisir un duo qui a ébloui le spectateur, et a transmis le message d’une manière très intéressante. »

Al-Sufi a souligné que l’importance de la couleur dans le film « Charter » et ses fonctions émotionnelles et psychologiques soulèvent la question de savoir ce que le réalisateur pense et veut photographier, aussi difficile soit-il, car il se déplace avec la caméra avec une grande précision, à la recherche de plonger dans les profondeurs des personnages, avec tous les détails de leurs traits, de leur psychologie et de leur voix.

Il a poursuivi: « Nous sommes confrontés à un texte créatif et cinématographique dans un langage poétique, qui a de nombreuses beautés artistiques et esthétiques qui font du cinéma en présence du réalisateur, nostalgique de la réalité, des souvenirs, des valeurs universelles et humaines et du spectacle pur qui sauve l’âme des sujets de l’esprit et du cœur.

Le film amazigh « charter» est en
compétition pour des prix internationaux, en particulier pour les grands forums cinématographiques,

Il concourra également pour de nombreux prix dans les festivals marocains parmi eux: « le festival Marrakech du film », et « le festival du film amazighe/Agadir », et « le Festival international Cinéma et immigration OUJDA ».

Ce film, choisi pour représenter le Maroc dans le « festival international Flickers’ Rhode Island » , et « Festival of Cinéma NYC / USA », et « Valencia Indie Film Festival », et « Lebanese Independent Film Festival – LIFF / Beirut », et « VENEZIA SHORTS / ITALY » et, « festival toronto OWTFF / CANADA » et « le festival BARCIFF/ ESPAGNE ». et « Near Nazareth Festival ( NNF) / ISRAEL ».

« Charter » met en vedette Saeed Darif, Sanaa Bahaj et Aziz Abdouni, tandis qu’il a été réalisé par Hussein Haneen tandis que l’œuvre a été produite par Ayoub Al-Mahjoub.

« charter » a remporté le Grand Prix dans un certain nombre de festivals, notamment:le grand prix en festival du Film du Fantasme, et festival international Leonard De Vinci, et le festival RIF INTERNATIONAL DU FILM AMAZIGH.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Tanger: Inauguration du musée Dar Niaba-Maison d’Artiste

Cinq questions aux réalisateurs Belgo-Marocains Adil El Arbi et Bilall Fallah

Grands concerts de Rabat: la scène OLM Souissi retrouve son éclat après deux ans de Covid-19