Divers

Ramadan/Alimentation: 3 questions au directeur du contrôle des produits alimentaires à l’ONSSA, Abdelghani Azzi

A l’approche du mois sacré de Ramadan, marqué par une forte consommation des produits alimentaires, l’Office national de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) œuvre activement à contrôler la qualité de ces produits, en vue de garantir leur conformité et protéger le consommateur marocain.

Dans ce sens, le directeur du contrôle des produits alimentaires à l’ONSSA, Abdelghani Azzi met en lumière, dans une interview accordée à la MAP, les mesures phares menées par l’Office à l’approche du Ramadan, les produits qui font l’objet d’une vigilance particulière de la part de l’ONSSA, ainsi que quelques conseils pour que le consommateur puisse vérifier lui-même la conformité d’un produit.

1- Quelles sont les mesures phares menées par l’ONSSA pour s’assurer de la qualité des produits consommés pendant Ramadan ?

Bien que le contrôle se fait durant toute l’année, à l’approche du mois sacré, l’ONSSA adopte les mesures phares suivantes :

– Le renforcement du contrôle en amont de la chaîne alimentaire, c’est-à-dire de l’élevage/champs jusqu’au niveau des établissements de manipulation, de préparation, de traitement et de stockage des produits agroalimentaires et à l’importation, et ce 3 mois avant l’approche du mois sacré pour cibler les produits les plus largement consommés, notamment les produits animaux et d’origine animale, les produits de la pêche ainsi que les produits végétaux.

– Appel des services de contrôle de l’Office à se joindre aux commissions mixtes de contrôle qui sont sous la tutelle des autorités provinciales, pour participer au contrôle des produits alimentaires dans le cadre desdites commissions, et ce chaque fois qu’ils sont sollicités.

2) Quels sont les produits qui font l’objet d’une vigilance de la part des services de l’ONSSA ?

Tous les produits alimentaires destinés à la consommation humaine qu’ils soient en tant que matières premières, ingrédients ou produits transformés entrent dans la vigilance des services de l’ONSSA.

A titre de rappel, les produits alimentaires stables (conserves alimentaires, les produits pasteurisés ou stérilisés) doivent être commercialisés à la température ambiante et les produits alimentaires périssables (les viandes et dérivés, les produits laitiers, les produits de la pêche, certains fruits et légumes surgelés doivent être stockés, transportés et mis en vente dans le respect de la chaîne de froid).

Les services de l’ONSSA sont très vigilants par rapport aux aspects suivants :

– Pour le cas des établissements agroalimentaires: Le respect des exigences de départ qui ont permis à l’établissement d’avoir son agrément sanitaire ;

– Pour les produits importés: le contrôle de la salubrité des produits en se basant sur un contrôle ciblé articulé autour d’un contrôle documentaire, un contrôle d’identité, un contrôle physique et un contrôle de laboratoire. Ainsi, seuls les produits conformes peuvent accéder au marché national ;

– Pour le contrôle des produits alimentaires dans le cadre des commissions mixtes provinciales : Il est important de préciser que les services de l’ONSSA disposent de l’expertise en matière de contrôle de conformité des produits alimentaires. Ils s’assurent de l’origine du produit (traçabilité : production locale ou importation), des conditions de mise en vente et de l’étiquetage du produit.

En cas de doute, les produits sont soumis dans le cadre de la commission mixte locale à la consigne voire à la saisie ou à la destruction, conformément à la réglementation en vigueur. Aussi, lors des contrôles effectués dans le cadre des commissions mixtes locales de contrôle, les produits alimentaires d’origine inconnue, ou présentant un étiquetage non conforme, ou mise en vente dans des conditions pouvant compromettre leur salubrité, font l’objet de saisie et destruction par la commission mixte locale de contrôle éclairée par les représentants de l’ONSSA.

Pour les produits alimentaires qui font l’objet de plus de vigilance de la part des services de l’ONSSA à l’approche et durant le mois sacré de Ramadan on peut citer:

– Les produits animaux et d’origine animale: Miel et produits de la ruche, les produits de la pêche et de l’aquaculture, les viandes et produits à base de viandes rouges, les viandes et produits à base de viandes blanches, ainsi que les œufs de consommation.

– Les produits végétaux et d’origine végétale: Principalement les conserves végétales comme le concentré de tomates, les dattes, les produits de minoterie, les jus et boissons, les légumineuses, les sucres et préparations sucrantes.

3) Comment le consommateur peut s’assurer lui-même de la conformité d’un produit ?

Le consommateur doit prêter une attention particulière au points suivants:

– Lieu de vente : s’approvisionner en produits alimentaires dans des lieux de vente connus et ouverts au public et auprès des points de vente fixes.

En effet, en cas de réclamation du consommateur concernant la qualité du produit ou même dans le cas d’accidents alimentaires, les services de contrôle peuvent revenir sur le lieu de vente pour mener une enquête sanitaire afin de déterminer la cause de la non-conformité.

– Les conditions de mise en vente : Les produits doivent être exposés à la vente dans les conditions fixées par le producteur. A cet effet, le consommateur ne doit s’approvisionner qu’en produits périssables mis en vente sous régime de froid (réfrigérateur pour les produits frais et congélateur pour les produits congelés) ;

Le consommateur doit éviter tous les produits qui sont manipulés dans de mauvaises conditions d’hygiène et tous les produits mis en vente exposés aux risques de contamination et d’altération (produits exposés au soleil, lieu de vente inapproprié …)

– S’assurer de l’origine du produit à travers son étiquetage: le consommateur doit vérifier tout d’abord que le produit est étiqueté en langue arabe et ensuite s’assurer que l’établissement de production est autorisé par l’ONSSA (l’étiquette porte le numéro d’autorisation de l’ONSSA) ou importé (l’étiquette précise le nom et l’adresse de l’importateur au Maroc) ;

Enfin, lorsque les trois premiers points sont respectés, il est important de vérifier la date limite de consommation (DLC) ou la date de durabilité minimale (DDM). Le consommateur ne doit s’approvisionner qu’en produits dont la DLC ou la DDM sont en cours.

Il est important de souligner que si les conditions de mise en vente précitées ne sont pas respectées ou l’emballage est détérioré ou les boîtes de conserves abîmés, gonflées, rouillées, le consommateur doit éviter de les acheter bien qu’ils aient une DLC ou une DDM encore valables.

Les citoyens peuvent contacter l’Office via son Centre d’Appel (0801003637), ou ses pages sur les réseaux sociaux pour toute question, réclamation ou inquiétude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *