Politique

Produits alimentaires: nouvelles mesures permettant la maîtrise de la hausse des prix

Alors que la consommation des Marocains connaît un bond significatif au cours du mois de Ramadan, le gouvernement et les autorités publiques sont à pied d’œuvre pour assurer un approvisionnement suffisant des marchés et lutter contre la hausse des prix, érigé en priorité dans un contexte mondial marqué par une inflation galopante.

C’est à ce titre qu’un éventail de mesures permettant une meilleure maîtrise de l’évolution des prix ont été abordées lors de la réunion ministérielle de suivi de la situation de l’approvisionnement du marché et des prix tenue jeudi.

Il s’agit notamment de préserver le pouvoir d’achat du consommateur à travers des mesures permettant de répondre aux besoins du marché national, d’assurer un stock suffisant et régulier de tous les produits de base, d’assurer la sécurité du consommateur et de lutter contre les différentes pratiques illégales. Autant de solutions qui seront appliquées aussi bien au niveau central que local.

Cette 2ème réunion de la Commission ministérielle de suivi s’est tenue alors que les prix de quelques produits à forte consommation ont amorcé des baisses sur les marchés dans les différentes provinces du Royaume.

Ce constat a été confirmé par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, qui a précisé dans une déclaration à la presse que les prix de certains produits commencent déjà à baisser comme c’est le cas de la tomate.

Il a déclaré que cette 2ème réunion de la commission a été l’occasion d’examiner « les moyens ainsi que les solutions innovantes susceptibles de parer à la flambée des prix des denrées alimentaires dans l’objectif de conserver le pouvoir d’achat des citoyens ».

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki, a affirmé que cette réunion a été consacrée à l’évaluation des modes de mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement pour éviter la flambée des prix, assurant que le marché national est approvisionné « de manière continue » en denrées de base.

Il a aussi expliqué la hausse des prix de certains produits alimentaires par, entre autres, le coût élevé de la production ainsi que les aléas climatiques, prédisant une baisse des prix lors de ce printemps avec la récolte abondante de certains légumes comme la tomate et les pommes de terre.

De son côté, la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah a assuré que les produits généralement très consommés au mois de Ramadan sont en quantité suffisante dans les marchés nationaux, notant que le volume de la production prévu dans les prochains jours aura certainement une incidence positive sur les prix.

Tout en soulignant les efforts déployés par les autorités locales et l’ensemble des départements pour contrôler les marchés, elle a, chiffres à l’appui, fait état du contrôle de pas moins de 60.000 points de vente depuis le début du mois de Chaâbane au 5ème jour de Ramadan et ce, dans l’objectif de lutter contre la spéculation.

Composée des ministres de l’Intérieur, de l’Économie et des finances, de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, de l’Industrie et du commerce et de la ministre de la Transition énergétique et du développement durable, la Commission interministérielle de haut niveau chargée de la veille de l’état d’approvisionnement des marchés nationaux, avait tenu, jeudi au siège du ministère de l’Intérieur à Rabat, sa seconde réunion sur le suivi des prix des denrées alimentaires de base ainsi que l’encadrement et le renforcement des interventions des services de contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *