Politique

Hausse du taux de chômage et perte d’emplois entravent le développement au Maroc et questionnent la politique du ministère de l’Emploi

Le HCP a précédemment révélé que le taux de chômage a augmenté au Maroc par rapport à l’année 2022, en plus d’enregistrer des taux de perte d’emplois et de postes durant cette année, exacerbant ainsi les inquiétudes des observateurs des affaires publiques, politiques et économiques.

Dans ce contexte, la députée du Parti de l’Indépendance, Sahar Abdouh, a interrogé le ministre de l’Intégration Économique, des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri, sur les mesures que son ministère envisage de prendre pour limiter l’augmentation alarmante du chômage et pour préserver les emplois, ainsi que sur son application du principe du droit à indemnisation en cas de perte d’emploi.

La députée du groupe indépendant pour l’unité et l’égalité, Sahar Abdouh, a déclaré que les données statistiques et les bulletins officiels ‘nous surprennent parfois avec des chiffres choquants’, comme ce fut le cas pour ceux publiés par le HCP.

La parlementaire a expliqué que la Commission de Planification a montré que le taux de chômage au Maroc avait augmenté au troisième trimestre de cette année à 13,5 % contre 11,4 % pendant la même période en 2022.

La députée a souligné que l’article 31 de la Constitution marocaine stipule que l’État, les institutions publiques et les collectivités territoriales s’efforcent de garantir le droit au travail et de soutenir la recherche d’un emploi ou l’auto-emploi, afin de renforcer le développement économique, social et humain.

Abdouh a ajouté que ‘ce qui est très inquiétant’ dans cette question, c’est l’augmentation du taux de chômage parmi les jeunes, en particulier dans les zones urbaines et parmi les jeunes femmes, où ce taux atteint son apogée à 46,7 % en milieu urbain contre 15,9 % en milieu rural.

La parlementaire a indiqué que le chômage chez les jeunes est ‘malheureusement‘ un ‘chômage de longue durée qui a accumulé de nombreuses années de recherche d’emploi’, ce qui ‘entrave‘, selon sa question, la progression de notre pays, notamment en ce qui concerne l’indice de développement économique, social et humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *