Politique

Le tribunal administratif annule une modification du règlement intérieur du conseil de la ville de Rabat par le maire

Le Tribunal Administratif de Rabat a annulé la décision 16 émise par le Conseil Municipal de Rabat lors de la session de février, qui prévoyait la modification des articles 11 et 33 du règlement intérieur du Conseil. Ces modifications interdisaient la prise de photos pendant les sessions du Conseil Municipal de Rabat et limitaient les questions écrites à une seule par session.

L’action en justice a été intentée par le groupe de la Fédération de la Gauche Démocratique, qui considérait que l’amendement approuvé par le vote de 46 conseillers sur les 66 présents lors de la session de février constituait un abus de pouvoir et une violation de la loi, en particulier des articles 46 et 48 de la loi organique 113.14.

Le député de la Fédération de la Gauche, Farouk El Mahdaoui, a déclaré que la décision du tribunal représentait une « victoire morale sur la corruption qui prévaut au sein du Conseil Municipal de Rabat ». Il a ajouté : « Nous poursuivrons cette lutte jusqu’à la victoire, rien ne nous empêchera d’avancer contre toutes les poches de despotisme et de gouvernance territoriale, notre persévérance est plus forte que leur volonté, et cela grâce à la force de la réalité. »

D’autre part, en relation avec la crise entre le maire Asmaa Ghlalou et les conseillers du Rassemblement National des Indépendants, des sources bien informées ont révélé que 19 des 23 conseillers du parti au Conseil Municipal de Rabat ont informé le coordinateur régional du parti, Alaeddine El Bahraoui, de leur rejet des solutions proposées par le coordinateur régional Saad Benmbarek, époux du maire, qu’ils considèrent comme « suspectes et piégées » pour se réconcilier avec la maire Asmaa Ghlalou.

Les sources du journal ont indiqué que les conseillers ont demandé à El Bahraoui de transmettre leur refus aux dirigeants du parti, affirmant leur adhésion aux conclusions de la première réunion avec le président du parti, Aziz Akhannouch, qui a reconnu la nécessité d’un changement de maire pour assurer une justice au sein du parti.

Les dirigeants du parti, représentés par Mustapha Baitas, El Talbi Alami, le coordinateur régional et époux de la maire Saad Benmbarek, et le coordinateur régional Alaeddine El Bahraoui, avaient demandé aux présidents des municipalités de Rabat affiliés au parti, lors d’une nouvelle réunion au siège central du parti sur le même sujet, de revenir aux bases du parti dans la ville et d’examiner la possibilité de se réconcilier avec la présidente du conseil Asmaa Ghlalou.

La source a noté que les conseillers du parti dans la capitale n’étaient pas satisfaits de la proposition des dirigeants du parti, estimant que la situation du conflit et ses répercussions sur le conseil ne correspondaient pas à la proposition de réconciliation, insistant sur le fait que la seule solution pour assurer le fonctionnement normal du conseil de la capitale était la démission de la personne concernée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *