Slider

Le prix des œufs atteint près de deux dirhams… Un professionnel explique et met en garde contre la manipulation de la production

Récemment, le prix des œufs a augmenté au Maroc, atteignant 1 dirham et 75 centimes dans plusieurs villes, en anticipation du mois du Ramadan, période pendant laquelle les Marocains consomment beaucoup cet aliment. Cette hausse a suscité le mécontentement de nombreux consommateurs.

Un producteur explique

Dans une déclaration au journal « Al3omk », l’ancien président de l’Association Nationale des Producteurs d’Œufs de Consommation, Abdelatif Zaim, a insisté sur le fait que le prix de vente des œufs au détail au Maroc ne dépasse actuellement pas 1 dirham et demi.

Concernant la valeur nutritionnelle, Zaim indique que deux œufs équivalent à 100 grammes de viande, et que 100 grammes de viande se vendent à 10 dirhams, tandis que le prix des œufs est de 1 dirham et demi, concluant ainsi que le prix des œufs est « bas ».

Pour expliquer la récente augmentation du prix des œufs, l’intervenant fait remarquer que 75% des aliments pour volailles sont importés et que ces aliments représentent 80% du coût de production des œufs.

Avec l’inflation récente dans le monde et la hausse des prix des combustibles ainsi que l’augmentation des coûts de transport maritime, il était naturel que le prix des œufs augmente, ajoute Zaim.

Il note cependant que le prix des œufs n’a augmenté que récemment, contrairement à de nombreux autres produits, « car l’offre était élevée (20 millions d’œufs par jour), ce qui a exposé de nombreux producteurs à de lourdes pertes; certains ont fait faillite et d’autres se sont retrouvés endettés ».

Le prix actuel de vente des œufs, selon l’ancien président, « permet à peine aux producteurs de continuer… Aujourd’hui, les œufs sont abondants sur le marché marocain, ce qui est une source de fierté pour nous en tant que producteurs ».

Il a confirmé que le prix de gros des œufs a baissé de 5 centimes cette semaine et prévoit que le prix des œufs ne va pas augmenter pendant le mois du Ramadan, « les œufs sont disponibles et les producteurs se préparent généralement pour le Ramadan, et la production arrive en abondance, donc selon les indicateurs actuels, je ne m’attends pas à une hausse de leur prix pendant le Ramadan ».

Créer de la concurrence

Cependant, Mohamed Aaboud, président de l’Association Nationale du Poulet de Chair et membre du conseil d’administration de l’Association de Défense des Droits des Consommateurs, considère que le prix actuel de vente des œufs est « incompréhensible et inexplicable ».

Il met en garde contre « l’absence de transparence » et « le monopole » du marché par ce qu’il considère être de grands producteurs, et « le contrôle de la production et donc la hausse des prix », notant que le nombre de producteurs d’œufs est passé de 500 à 250, les manipulations des grands producteurs ayant conduit à la faillite de nombreux petits producteurs.

En se référant au contrat-programme du secteur avicole, qui fait partie du Plan Maroc Vert, Aaboud dit : « La Fédération Bimahnia pour le secteur de l’élevage de volaille avait parié sur la réduction des coûts de production à 0,50 dirham (demi-dirham) avant 2012, mais toutes ces promesses se sont évaporées et l’argent des contribuables a été gaspillé ».

Il dénonce la hausse du prix des œufs, malgré la baisse des prix mondiaux des intrants pour les aliments composés et leur exemption de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans la loi de finances 2023, ainsi que le soutien de 10 milliards de dirhams accordé aux producteurs.

Pour ces raisons, Aaboud dit : « Nous, l’Association de Défense des Droits des Consommateurs, demandons l’ouverture d’une enquête sur cette affaire et l’exemption des œufs de consommation des droits de douane pour concurrencer ces entreprises, afin de créer une véritable

concurrence entre les entreprises et les fournisseurs de cet aliment, comme c’était le cas en 2016, et d’écarter les producteurs de l’importation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *