Société

« Intoxication mortelle » à Marrakech : le retard de l’expertise médicale reporte le procès du propriétaire du snack et de ses collaborateurs

La chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Marrakech a reporté l’examen de l’affaire médiatisée sous le nom d' »intoxication mortelle », qui a causé la mort de six personnes et intoxiqué plus de 26 autres suite à la consommation de repas rapides dans un snack de la ville.

Le tribunal a fixé la date de la quatrième audience au mercredi 27 mai 2024, afin de consulter les résultats de l’expertise médicale concernant la cause réelle du décès des victimes.

Lors de l’audience précédente, tenue le 13 mai, la cour a accordé aux accusés un délai pour préparer leur défense et attendre les résultats de l’expertise. Elle a également rejeté la demande de liberté provisoire présentée par la défense des accusés.

Détails de l’affaire

Trois personnes sont poursuivies dans cette affaire : le propriétaire du snack, accusé de « causer involontairement la mort par négligence et non-respect des réglementations », de « déplacer des objets de la scène du crime avant les premières investigations dans le but d’entraver la justice », de « fournir un produit dangereux pour la santé humaine » et de « conserver et stocker des aliments destinés à la vente dans des conditions non hygiéniques ».

Deux autres personnes, travaillant comme assistants du propriétaire, sont également poursuivies pour « complicité » dans les accusations mentionnées.

Les faits remontent à la fin avril, lorsque plus de 26 personnes ont été intoxiquées après avoir consommé un repas rapide dans un snack de Marrakech. Elles ont été transportées à l’hôpital Ibn Zohr.

Suite aux plaintes répétées concernant ce snack, la police a arrêté le propriétaire et ses employés, les a interrogés officiellement et a transmis l’affaire au procureur du roi près le tribunal de première instance de Marrakech.

Indignation générale

L’incident a suscité une vive réaction parmi le public et les défenseurs des droits humains à Marrakech. La section locale de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) a exprimé son inquiétude face à la « répétition des incidents d’intoxication alimentaire à Marrakech et ses environs ».

L’AMDH a également dénoncé « l’absence totale des services compétents du conseil communal et de l’administration territoriale responsables de la surveillance de la santé et de la sécurité des citoyens », et a demandé « à toutes les institutions concernées par la santé et la sécurité des citoyens de prendre leurs responsabilités dans le contrôle de la qualité et de la sécurité des produits alimentaires vendus sur les marchés et dans les commerces ».

L’association a également critiqué « la tolérance des autorités vis-à-vis des licences, permettant à de nombreux commerces de fonctionner en dehors de la loi ou dans des conditions de propreté insuffisantes, augmentant ainsi le risque de bactéries, germes et parasites ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *