Économie

Statistiques touristiques sous la loupe : Ammor s’appuie sur la diaspora pour « gonfler » les chiffres

À mi-mandat du gouvernement actuel, l’accent est mis sur les réalisations des divers ministères, notamment le secteur du tourisme, qui a pris une importance majeure en termes de revenus, surtout après avoir été presque totalement paralysé lors de la pandémie de coronavirus en 2019.

Le ministère du Tourisme, dirigé par Fatima Zahra Ammor, a confirmé qu’un plan d’urgence de 2 milliards de dirhams avait été mis en place pour revitaliser le secteur, avec un soutien aux professionnels et la modernisation de 800 hôtels pour accueillir les touristes.

Le ministère a récemment annoncé que le nombre de touristes arrivant au Maroc à la fin de l’année dernière avait atteint 14,5 millions, un chiffre qui a soulevé de nombreuses questions sur sa réalité et son impact sur les revenus du secteur et l’économie nationale en général.

Ces interrogations ont été particulièrement pressantes après que le Maroc a chuté dans le classement de l’indice de développement touristique mondial pour 2024 du Forum économique mondial, passant de la 71e place en 2021 à la 82e. Ce recul est perçu comme une grande déception pour le secteur touristique marocain, qui bénéficie d’une stratégie ambitieuse de développement et suscite de grands espoirs.

Cette baisse est principalement due aux faibles scores obtenus par le Maroc en termes de ressources naturelles et culturelles, ainsi que d’infrastructures et de services.

Pour évaluer la réalité des chiffres annoncés et offrir une perspective sur les aspirations futures du secteur, l’expert en tourisme, Zoubair Bouhoute, a précisé que les chiffres annoncés intègrent à la fois les touristes marocains résidant à l’étranger et les étrangers. Il a expliqué que les 14,5 millions de touristes enregistrés l’année dernière comprenaient 51% de Marocains de la diaspora.

Bouhoute a également fourni des chiffres comparatifs entre 2019 et 2023, montrant que, bien que le nombre total de touristes ait augmenté l’année dernière, la proportion de touristes marocains était de 7,4 millions, tandis que le nombre de touristes étrangers atteignait 7,5 millions, confirmant un ralentissement de la croissance des visiteurs étrangers par rapport aux visiteurs marocains.

Selon Bouhoute, les nuitées pour les visiteurs marocains restent très faibles, ne dépassant pas 120 000 nuits touristiques, ce qui a un impact sur les revenus, tandis que les touristes étrangers ont enregistré 16 millions de nuitées, un indicateur qui devrait être pris en compte pour encourager les Marocains du monde à utiliser les services hôteliers.

Il a souligné dans une déclaration à « Al Omk » que jusqu’à l’année dernière, l’inclusion des Marocains de l’étranger était ce qui rendait les chiffres si élevés, surtout que le nombre de touristes étrangers n’avait augmenté que de 170 000, ce qui signifie que 51% des touristes étaient des Marocains de l’étranger et 49% des touristes étrangers, un indicateur pas très positif comparé à certains pays comme la Turquie, qui a attiré environ 51 millions de touristes, dont 46 millions d’étrangers.

L’expert a confirmé que les revenus du secteur en devises n’ont pas dépassé 10 milliards de dollars l’année dernière, tandis que le Portugal a généré 25 milliards de dollars et la Turquie 51 milliards de dollars.

Il a conclu que, malgré une amélioration des indicateurs au premier trimestre de cette année, où 56% des touristes étaient étrangers, des problèmes demeurent, notamment en termes de nuitées qui n’ont augmenté que de 3%, et une baisse continue des devises, avec des revenus mensuels inférieurs à ceux de l’année précédente depuis juillet 2023 jusqu’à mars 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *