Économie

Le Maroc s’attaque au dumping des tomates en conserve égyptiennes sur son marché local

Un arrêté ministériel visant à contrer le dumping des tomates en conserve d’origine égyptienne sur le marché marocain est entré en vigueur, publié dans le numéro 7304 du Journal officiel.

Il s’agit d’une décision conjointe du ministre de l’Industrie et du Commerce et de la ministre de l’Économie et des Finances, numéro 1162.24, mettant en œuvre un droit antidumping temporaire sur les importations de tomates en conserve d’origine égyptienne.

Le droit antidumping temporaire, fixé à 29,93 % pour une durée de six mois à partir du 31 mai dernier, concerne les importations de tomates en conserve égyptiennes classifiées sous les codes tarifaires (20.02.90.90.11), (20.02.90.90.19), (20.02.90.90.91), (20.02.90.90.99), (20.05.99.35.00).

Le même arrêté précise que le montant du droit temporaire antidumping doit être déposé auprès de l’Administration des douanes et des impôts indirects pour son recouvrement final au profit du Trésor ou pour restitution aux importateurs concernés.

Les raisons du choix de la méthodologie utilisée pour déterminer la marge de dumping sont dues à la non-collaboration des producteurs-exportateurs égyptiens et des importateurs marocains lors de l’enquête préalablement ouverte par le ministère de l’Industrie et du Commerce sur le dumping des tomates égyptiennes sur le marché marocain, selon un annexe à la décision.

La marge de dumping a été déterminée « sur la base des meilleures informations disponibles qui se manifestent dans les données fournies dans l’article présenté par le secteur de production national, conformément aux dispositions de l’article 21 de la loi n° 15.09 et de l’article 64 du décret n° 2.12.645 », ajoute la source.

Ainsi, la valeur normale a été calculée sur la base des prix « sortie usine » obtenus des publications des supermarchés opérant sur le marché égyptien.

Le prix à l’exportation a également été calculé sur la base des prix des importations obtenus à partir des données de ventes des supermarchés au Maroc, et le prix à l’exportation et la valeur normale ont été ajustés en prenant en compte les ajustements pour ramener le prix à la phase de « sortie usine » sur la base des meilleures informations disponibles pour estimer les ajustements nécessaires.

Le ministère de l’Industrie et du Commerce avait annoncé, quelques mois auparavant, l’ouverture d’une enquête antidumping sur les importations de tomates en conserve d’origine égyptienne, suite à une plainte déposée par la Fédération nationale des industries agroalimentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *