Économie

Le Maroc renforce sa position dans la transition énergétique, premier au Maghreb et cinquième dans le monde arabe

Le Maroc maintient son leadership dans le domaine de la transition énergétique au niveau des pays du Maghreb, se classant 65ème dans le dernier classement mondial émis par le Forum Économique Mondial.

D’après l’indice « Renforcement de la transition énergétique efficace 2024 », la Tunisie se trouve au 89ème rang tandis que l’Algérie occupe la 91ème place. La Libye et la Mauritanie, quant à elles, n’apparaissent pas dans ce classement.

Sur le plan régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le Maroc a obtenu la cinquième position, devançant des pays comme le Qatar, qui est 50ème, les Émirats Arabes Unis à la 52ème place, l’Arabie Saoudite à la 58ème, et le Sultanat d’Oman à la 62ème.

Le communiqué explique que cet indice évalue 120 pays selon des critères liés à la performance des systèmes énergétiques, en tenant compte de l’équité, de la durabilité, de la sécurité, et de la capacité de ces nations à accélérer la transition énergétique.

Le rapport montre un ralentissement global dans la cadence de la transition énergétique, attribué aux fluctuations économiques, à l’augmentation des tensions géopolitiques, et aux changements technologiques.

Les pays scandinaves dominent les dix premières places du classement, avec la Suède, le Danemark, la Finlande, la Suisse, la France, la Norvège, l’Islande, l’Autriche, l’Estonie et les Pays-Bas. L’Allemagne se trouve à la 11ème position, suivie par le Royaume-Uni à la 12ème, la Chine à la 17ème, les États-Unis à la 19ème, et l’Italie à la 41ème.

L’indice prend en compte plusieurs critères, incluant les cadres légaux et réglementaires, les infrastructures, l’innovation et l’éducation, le capital humain, ainsi que les aspects financiers et les investissements.

Le rapport met également en lumière que « la région du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et du Pakistan a vu son classement reculer en raison de défis liés à la durabilité ». Malgré le potentiel élevé de l’énergie solaire et les succès de certains pays, cette région reste celle avec les taux de consommation d’énergie les plus élevés et accuse un retard dans l’intégration de l’énergie renouvelable par rapport à d’autres régions.

La Jordanie est classée 73ème, le Liban 85ème, Bahreïn 103ème, le Koweït 104ème, et le Yémen occupe la 119ème place, juste devant la République démocratique du Congo, en queue de classement.

L’indice de la transition énergétique montre que, malgré les progrès notables en efficacité énergétique et l’adoption de sources d’énergie propre, le dynamisme de la transition a été retardé par des revers en matière d’équité énergétique, exacerbés par la hausse des prix de l’énergie ces dernières années. La sécurité énergétique continue également de faire face à des défis majeurs en raison des risques géopolitiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *