Politique

Le PJD appelle à des élections anticipées et se dédouane de « tenter de déstabiliser le gouvernement »

Abdellah Bouanou, chef du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement, a appelé à des élections anticipées « pour mesurer la confiance du peuple dans le gouvernement Akhannouch », tout en se dédouanant que son appel soit une « tentative de déstabiliser le gouvernement ».

Bouanou a déclaré lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du PJD, ce lundi, que l’appel à des élections anticipées « n’est dicté par aucune logique partisane ou tentative de déstabiliser le gouvernement, mais plutôt un appel à l’exercice démocratique, qui rehausse la valeur des citoyens et l’importance de leur confiance dans les partis et la vie politique ».

Il a considéré que « la valeur de la confiance du peuple est ce qui a conduit le Royaume-Uni et la France à connaître des élections parlementaires anticipées au cours des derniers jours, soulignant que le parti conservateur au pouvoir au Royaume-Uni est retourné vers le peuple après avoir perdu sa confiance lors des élections locales, de même que le parti du président Macron en France, qui est retourné vers le peuple après avoir subi une défaite lors des élections parlementaires européennes, sans trouver aucune gêne à revenir vers le peuple ».

Il a ajouté qu' »il n’y a rien à craindre des élections anticipées pour demander à nouveau la confiance des citoyens », considérant que « le gouvernement actuel gère les affaires publiques nationales sans la confiance des citoyens et a commis de grandes erreurs, résultant en des crises au niveau économique et social, dans tous les secteurs » selon ses termes.

Le même parlementaire a poursuivi : « Aucun secteur n’a été épargné par les protestations et les grèves, et aucune mesure efficace n’a été prise, en particulier dans le domaine du soutien au pouvoir d’achat qui s’est effondré en raison de l’augmentation de l’inflation, en plus de l’aggravation des indicateurs de corruption et des conflits d’intérêts, de l’augmentation du taux de chômage, et du recul des indicateurs économiques, au cours de la première moitié de son mandat ».

Bouanou estime que la position sur l’agression brutale israélienne contre Gaza a eu un impact sur les élections anticipées qui ont eu lieu à la fois en Grande-Bretagne et en France, et cela s’est manifesté dans la victoire des partis qui ont exprimé leur solidarité avec Gaza et la Palestine, et la défaite des partis qui ont soutenu Israël, selon ce que le site web du groupe parlementaire du PJD a publié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *