Le prix marocain «Argana» décerné au poète libanais Wadih Saada – Al3omk

Le prix marocain «Argana» décerné au poète libanais Wadih Saada

rad49cuq_original.jpg

Le poète libanais Wadih Saada a été récompensé par le prix international « Argana» décerné par « La Maison de la poésie au Maroc » aux poètes qui se sont illustrées dans le monde arabe ou à travers le monde.

«C’est un poète qui ne ressemble à personne mais que beaucoup cherchent à imiter (…) un poète au pas habité par l’enfance et l’innocence choquante et prodigieuse» a déclaré Morad Kadiri, président de La Maison de la poésie qui parraine ce prix, lors d’une cérémonie organisée à cette occasion à Rabat.

Le poète libanais s’est dit honoré par ce prix qui témoigne de l’intérêt, de plus en plus rare, porté à la poésie qu’il considère comme « moyen noble de répandre l’amour et la paix, à un moment où les espaces de beauté se rétrécissent, et ceux du meurtre, de la haine, et du racisme s’élargissent à travers le monde».

Considérant que la plupart des prix littéraires récompensent les romans et les œuvres de fiction, il estime que l’ Argana est décerné aux poètes méritants par un jury intègre qui travaille loin des considérations «de relations publiques et du favoritisme ».

Le jury de l’Argana » a, quant à lui, voulu honoré « Un poète de l’absence qui a vu la bouteille du monde se casser entre ses mains».

Wadih Saada est né en 1948 dans le village de Shabtin, dans le nord du Liban. Il a fait ses débuts dans la presse à Beyrouth, Londres, Paris, Athènes et en Nicosie, avant d’émigrer avec sa famille en Australie en 1988.

Parmi ses recueils les plus connus : « Pas de frères pour le soir », « Dites au passant de revenir, il a oublié ici son ombre » ou encore « Le Texte de l’absence » qui lui a valu, en 2011, le célèbre prix français de poésie Max Jacob.

Lancé il y a 10 ans, en partenariat avec la CDG, le prix «Argana» a récompensé de grands poètes tels que le palestinien Mahmoud Darwich, le français Yves Bonnefoy, l’irakien Saadi Yousef, ou encore Mohamed Serghini du Maroc.

Pour les amoureux de poésie, Wadih Saada sera l’invité de la Foire internationale du livre le samedi 9 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top