Le Brunei autorise la lapidation pour l'homosexualité et l'adultère

29 mars 2019 - 02:48

Le sultanat de Brunei a décidé de modifier son Code pénal. Désormais, l’homosexualité qui était déjà considérée comme illégale, devient passible de lapidation au même titre que l’adultère pour appliquer la Charia. La nouvelle législation prévoit également l’amputation pour vol, “y compris contre les enfants”, souligne Amnesty International qui dénonce ces “sanctions odieuses”. 

“Selon le texte, qui concerne tous les musulmans du pays : “toute personne reconnue coupable d’avoir eu des rapports homosexuels ou adultérins encourra la peine de mort par lapidation’”, rapporte CNEWS. D’après Amnesty, ces nouvelles dispositions “doivent entrer en vigueur le 3 avril 2019”. “Pour le moment nous sommes prêts à mettre en application l’amputation d’une main pour vol. C’est tout”, a tout de même confié un porte-parole du ministère des Affaires religieuses du pays à l’AFP.

Amnesty International appelle le Brunei à revenir immédiatement sur son projet de loi. “Le fait de rendre légales ces peines cruelles et inhumaines est en soi consternant. Certains des actes incriminés, à l’image des relations sexuelles consenties entre adultes du même genre, ne devraient même pas être considérés comme des infractions, a déclaré Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur le Brunei à Amnesty. Ces dispositions abusives avaient été largement condamnées lorsqu’elles avaient été débattues pour la première fois il y a de cela cinq années”, a-t-elle ajouté.

L’organisation demande à la communauté internationale de condamner “de toute urgence” la mise en pratique de ce nouveau Code pénal. En rappelant que la législation du pays d’Asie du sud-est contient déjà “toute une série de dispositions contraires aux droits humains” et restreint profondément les droits à la liberté d’expression, de religion et de croyance.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19: Un test israélien avec des résultats en 1 seconde et une précision de 95%

Le président malien annonce sa démission

La Russie a produit le premier vaccin contre le coronavirus