Selon une étude, le Ramadan n’a aucun impact sur la vie professionnelle des Marocains – Al3omk

Selon une étude, le Ramadan n’a aucun impact sur la vie professionnelle des Marocains

b05c0f14-9184-11e5-bd82-c1fb87bef7af.jpg

RAMADAN – Le mois sacré rime souvent avec baisse de productivité et fatigue au travail. Pourtant, selon les résultats d’une enquête du jobboard Rekrute, 52% des salariés marocains estiment que le Ramadan n’a aucun impact sur leur vie professionnelle.
“Comment vivez vous la période de Ramadan au travail?” ou encore “quel impact lui trouvez-vous sur votre productivité?”, font partie des questions administrées aux quelques 1.945 salariés marocains ayant pris part au sondage. Le statut des répondants révèle que 51% d’entre eux sont des employés, 33% des cadres et 16% des managers, principalement des hommes (71% contre 29% de femmes) dont l’âge se situe, pour la grande majorité, entre 25 et 34 ans.

Une période positive pour la productivité
Selon les données recueillies, 57% des sondés ne remarquent pas une baisse de productivité au travail pendant la période du Ramadan, contre 43% qui estiment que le jeûne affecte leur productivité. “Une bonne nouvelle pour le marché qui a tendance à anticiper une baisse de régime des salariés”, note Rekrute. Alors que le Ramadan en saison estivale est bien plus pénible qu’en automne/hiver, pour les salariés interrogés, la saison à laquelle tombe le mois sacré importe peu: 63% sont indifférents, 22% se disent plus productif en automne/hiver tandis que 15% s’estiment plus productif au printemps/été. Quelques 22% des employés profitent du Ramadan pour poser des jours de congés contre 78% qui ne voient aucune utilité à prendre des vacances à cette période.

Très souvent réaménagés pour faciliter le jeûne aux employés, les horaires de travail durant cette période sont importants pour les sondés qui préfèrent, à 53%, commencer leur journée plus tôt (8h/8h30) pour sortir le plus tôt possible du bureau, alors que 29% préfèrent commencer plus tard (aux environs de 9h30/10h) et finir leur journée quelques heures avant la rupture du jeûne. 18% des sondés restent indifférents aux horaires. “La baisse de régime due au jeûne force les actifs à réorganiser leur journée de travail. En effet, ces derniers préfèrent traiter les tâches les plus importantes en matinée” révèle l’enquête.

Par ailleurs, 72% des marocains souhaiteraient garder les horaires de ramadan tout au long de l’année car finir leur journée de travail plus tôt leur permettrait d’être plus épanouis et d’arriver à un équilibre vie professionnelle/vie personnelle.

Après la rupture du jeûne, 61% des salariés ne retournent pas à leurs activités professionnelles tandis que 19% reviennent au bureau pour quelques heures et 20% poursuivent leur travail depuis leur domicile. Des conditions de travail souvent non imposées par l’employeur, selon les sondés. 67% des salariés indiquent que leur employeur ne leur impose pas de tâches particulières pendant ce mois, contre 33% qui ont des obligations professionnelles. De manière générale, les employeurs s’adaptent aussi à la particularité du mois sacré et relâchent la pression sur les collaborateurs.

Boulot, no stress et dodo
52% des Marocains indiquent que le Ramadan n’a aucun impact sur leur vie professionnelle, 29% estiment que ce mois a des retombées positives sur eux tandis que 19% pensent qu’il les affecte négativement. La majorité des Marocains qui sont amenés à se déplacer ne ressentent pas vraiment ou pas du tout de baisse de productivité. Cependant, 48% des actifs qui sont amenés à se déplacer dans le cadre de leur poste ressentent une baisse de régime qui est forcément liée au jeûne: chaleur, soif et fatigue physique.

Si ce mois est propice au repos, beaucoup de Marocains en profitent pour prendre de bonnes résolutions et appliquer des bonnes pratiques. Organisation, gestion du stress et du sommeil, exercice physique… 52% des sondés réorganisent leur emploi du temps afin d’être le plus efficace le matin, 47% se couchent plus tôt le soir pour ne pas manquer de sommeil, 36% indiquent manger plus léger et se passer de matières grasses et de sucre, 22% font du sport pour prévenir ou réduire le stress et 18% saisissent l’occasion de jeûner pour réduire leur consommation de café et de cigarettes.

Enfin, l’ensemble des sondés se disent sereins et patients durant ce mois. Le partage et l’empathie, des valeurs fortement liées au mois de Ramadan, ont également un effet positif sur les comportements des employés au bureau, conclut l’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top