Après les révélations de notre journal.. Pressé par le wali, Al Omrane Marrakech promet une solution

07 février 2020 - 05:55

les habitants protestent toujours

Suite aux révélations du journal « Al Oâmk », nous avons appris de sources concordantes que la société Al Omrane a subi de fortes pressions aussi bien au niveau local que central pour trouver une solution à l’arrêt des travaux des projets «Marrakech, cité du renouveau permanent» lancés par le roi en 2017.

Une réunion présidée par le gouverneur de Marrakech, Safi Karim Qassi El Helou, s'est, en effet, tenue le lendemain de la publication par notre journal d'un article intitulé : « Retard de projets d’«Al Omrane» à Marrakech. 600 ouvriers licenciés et 165 millions de dirhams impayés. » Durant cette réunion, le groupe s’est engagé à résoudre tous les problèmes et notamment à payer l’une des entreprises sous traitantes chargée de réaliser le projet qui est menacée de faillite alors qu’elle avait réalisé 80% des travaux.

Le journal « Al Oâmk » a pu constaté, au cours de la semaine dernière, la reprise effective des travaux dans certains chantiers. Une source locale nous a également confirmé que le wali suit directement ce dossier, et qu’il a exhorté le groupe Al Omrane à payer la sommes due à cette entreprises dans un délai d’un mois.

Une source à Al Omrane, ayant requis l’anonymat, a pour sa part déclaré à notre journal que la société publique s'apprêtait à payer une partie des cette somme et a attribué la raison du retard à ce qu'il a appelé des « problèmes internes » sans plus de détail.

Des dizaines de résidents de l'ancienne médina ont organisé un nouveau sit-in mercredi pour protester contre la lenteur des travaux sur le passage « Tawala Lagza », notamment le carrelage des rues, qui leur cause un désagrément quotidien et occasionne des problèmes de circulation qui se sont accentués à cause des dernières pluies.

Les manifestants ont appelé les autorités locales et le gouvernement à intervenir d'urgence pour achever les travaux dont le retard « occasionnent des pertes matérielles et morales aux habitants et aux commerçants de la médina ».

Le journal « Al Oâmk » avait révélé que le groupe « Al Omrane » porte la responsabilité des retards des travaux de restauration de plusieurs hôtels et de boutiques. Il s’agit de quatre projets: «Marrakech, cité du renouveau permanent», « mise en valeur du circuit touristique», «mise en valeur du circuit spirituel» et « valorisation de la vielle médina».

Selon nos information, le groupe publique est « englué» dans des problèmes administrative liés à un mouvement au niveau des postes de responsabilité. Ce qui a causé « la perte de nombreux documents relatif aux marchés conclus avec les entreprises chargées des travaux des quatre programmes».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19: 1.672 nouveaux cas confirmés et 1.435 guérisons en 24H

L’hôpital militaire marocain déployé à Beyrouth offre plus de 3200 services médicaux

L’ONEE crée une Salle des Marchés pour la gestion des risques