238 associations marocaines financées par l’UE

23 mai 2020 - 12:16

La délégation de l’Union Européenne (UE) au Maroc a annoncé que 238 organisations de la société civile ont obtenu un appui financier dans le cadre du programme « Moucharaka Mouwatina » dans 4 régions du Maroc.

Selon un communiqué officiel, il s’agit de projets choisi suite à un appel à proposition, et  qui seront sont mis en œuvre dans la région de Casablanca-Settat (de 47  projets) dans l’Oriental (68) à Souss-Massa (66), et à Tanger-Tétouan-Al Hoceima (57) dans les domaines de l’égalité, de la jeunesse et de l’environnement.

La jeunesse est le domaine qui a bénéficié le plus de ce programme d’appui avec 116 projets. Ils concernent la promotion de l’entrepreneuriat et de l’employabilité des jeunes, l’engagement civique et la participation engagée dans le suivi et l’évaluation des politiques publiques, la participation des jeunes via les médias sociaux, et la mobilisation de la culture comme moyen d’expression des jeunes. Ces projets se répartissent dans les 4 régions comme suit:

Le région de Casablanca-Settat : 22 projets répartis sur 4 villes (16 à Casablanca, 3 à Mohammedia, 2 à Settat, et 1 à El Jadida) ; la région de Souss-Massa : 33 projets répartis sur 5 villes (11 à Agadir, 8 à Tiznit, 5 à Tata, 5 à Taroudant, et 4 à Inezgane) ; la région de Tanger Tétouan Al Hoceima : 21 projets répartis sur 4 villes (8 à Tanger, 5 à Al-Hoceima, 5 à Larache et 3 à Tétouan) ; la région de l’Oriental : 40 projets répartis sur 5 villes (17 à Oujda, 5 à Nador et 1 à Zghenghen, 6 à Berkane, 6 à Jerada et 5 à Figuig). 

72 projets dans le domaine de l’égalité femmes-hommes qui concernent la lutte contre la violence faite aux jeunes filles et aux femmes, l’autonomisation économique des femmes, la lutte contre les stéréotypes basés sur le sexe et l’intégration de l’approche genre dans les politiques publiques locales, régionales et nationales. Ces projets se répartissent dans les 4 régions comme suit : la région de Casablanca-Settat : 13 projets répartis sur 5 villes (9 à Casablanca, 1 à Mohammedia, 1 à El Jadida, 1 à Settat et 1 à Sidi Bennour) ; la région de Souss-Massa : 20 projets répartis sur 5 villes (6 à Agadir, 5 à Tiznit, 4 à Tata, 3 à Inezgane et 2 à Taroudant) ; la région de Tanger Tétouan Al Hoceima : 19 projets répartis sur 5 villes (6 à Al-Hoceima, 5 à Tanger, 5 à Tétouan, 2 à Larache et 1 à Chefchaouen) ; la région de l’Oriental : 20 projets répartis sur 5 villes (5 à Oujda, 4 à Nador et 1à Zghenghen, 5 à Jerada, 4 à Berkane, et 1 à Figuig). 

44 projets dédiés au domaine de l’environnement qui concernent l’entrepreneuriat et emplois verts, le tri et la valorisation des déchets, la sensibilisation l’éducation et la promotion de l’éco-citoyenneté ainsi que l’intégration de la dimension environnementale dans les politiques publiques locales, régionales et nationales. Ces projets se répartissent dans les 4 régions comme suit : la région de Casablanca-Settat : 8 projets répartis sur 3 villes (4 à Casablanca, 3 à Mohammedia, et 1 à Settat) ; la région de Souss-Massa : 12 projets répartis sur 4 villes (6 à Tata, 3 à Taroudant, 2 à Tiznit et 1 à Agadir) ; la région de Tanger Tétouan Al Hoceima : 17 projets répartis sur 5 villes (6 à Al-Hoceima, 4 à Tanger, 3 à Tétouan, 2 à Larache et 2 à Chefchaouen) ; la région de l’Oriental : 7 projets répartis sur 3 villes (3 à Oujda, 3 à Berkane et 1 à Figuig).  

Six autres projets, soutenus par l’Union européenne, abordent de manière transversale, les trois thématiques prioritaires de l’égalité, la jeunesse et l’environnement. Ils mobilisent les mécanismes de démocratie participative afin de motiver les citoyens à s’engager dans le développement de leur région. Ces projets sont situés dans les villes suivantes : Mohammedia (2 projets), Azemmour, Sidi-Bennour, Oujda et Agadir (1 projet par ville). 

Financé par l’Union européenne à hauteur de plus de 143 millions de dirhams pour la période de 2018-2020, « Moucharaka Mouwatina » est mené en partenariat avec le Ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, le Conseil National des Droits de l’Homme, l’Institut National de Formation aux Droits Humains (Institut Driss Ben Zersi) et le Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) en tant que partenaire de mise en œuvre et avec la participation de la société civile au Maroc.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Découvrez aussi

L’ONEE crée une Salle des Marchés pour la gestion des risques

L’UACC appelle à un plan Marshall pour la relance du secteur de la communication

Covid-19 : 238 nouveaux cas confirmés au Maroc, 12.290 au total