Les factures salées de REDAL suscitent la colère des marocains (vidéo)

18 juin 2020 - 08:25

Mauvaise surprise pour les habitants des villes où la société française REDAL, est chargée de la gestion de la distribution de l'eau et de l'électricité. Ils viennent de découvrir une forte augmentation de leurs factures du mois de juin. Après la reprise de la lecture des compteurs et de possibles réajustements suite à l'assouplissement des mesures de confinement, les montants des factures ont été, parfois, multipliés par 5. Ce qui a provoqué une vague de colère sur les réseaux sociaux et des appels à une intervention urgente du gouvernement.

Certains clients ont reçu des factures de 1000 ou 1500 dirhams, alors que leur consommation ne dépasse pas, d’habitude, 200 dirhams. Pour Hicham Saghir, «la facture d'eau et d'électricité de ce mois a dépassé de 250% la moyenne que j'ai l’habitude de payer.  J'ai écrit à REDAL il y a 10 jours. On m’a promis de traiter ma plainte, mais je n’ai reçu aucune réponse jusqu'à présent ».


Ce client a ajouté sur son compte sur Facebook: «Je comprends que la société n'ait pas contrôlé les compteurs pendant cette phase, et que les factures soient basées sur des estimations. Mais cela doit se baser sur la consommation moyenne ou même sur la consommation la plus élevée de l'année. L’un de mes amis a reçu, quant à lui, une facture dont le montant a été multiplié par sept».

Dans une déclaration au journal « Al Oâmk », Bouaâzza El Kharaati, président de la Fédération marocaine des droits de consommateurs, a estimé que les factures d'électricité, d'eau et même du téléphone ont connu une augmentation sans précédent pendant la période du confinement ajoutant que les prix sont fixés par la loi mais il y a des manipulations des quantités d'eau consommées.

Selon Al Kharaati, les sociétés d'électricité et d'eau profitent, généralement, du fait que les compteurs importés de l'étranger ne soient pas contrôlés par le ministère du Commerce et de l'Industrie, qui est légalement tenu de faire ce travail. Il a souligné, à cet égard, la nécessité d'appliquer la loi et de contrôler les compteurs pour mettre fin à ces manipulations de prix.

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Covid-19: 1.672 nouveaux cas confirmés et 1.435 guérisons en 24H

L’hôpital militaire marocain déployé à Beyrouth offre plus de 3200 services médicaux

L’ONEE crée une Salle des Marchés pour la gestion des risques