Les salaires des jeunes nouvellement recrutés exonérées d'impôt durant 2 ans

15 octobre 2020 - 07:43

De nouvelles mesures facilitant l'accès des jeunes au marché du travail et aux sources de financement ont été annoncées par le ministre de l'Économie, des Finances et de la Réforme administrative, Mohamed Benchaâboun lors de la présentation, mercredi, du projet de loi des finances 2021 au conseil ministériel présidé par le roi Mohammed VI.

Ainsi et pour permettre aux jeunes d'accéder aux sources de financement, une nouvelle dynamique sera insufflé au programme «Intelaka » qui bénéficie d'une grande attention royale, à travers une exonération de l'impôt sur le revenu pour les salaires des jeunes employés pour la première fois et ce pour une période de 24 mois, à condition que leurs contrats de travail soient d’une durée indéterminée.

Selon Benchaaboun, les grandes orientations du projet de loi des finances visent également l'accélération de la mise en œuvre du Plan national de relance économique. A cet effet, le gouvernement mobilisera tous les moyens pour consolider l'effort financier exceptionnel, annoncé à l’occasion du discours du trône. Au premier rang des objectifs à atteindre : la préservation des emplois et l'intégration du secteur informel dans l’économie principale.

Le gouvernement procédera également à la mise en œuvre de tous les mécanismes permettant d'assurer l'efficacité des interventions du Fonds Mohammed VI d'investissement. Il continuera à soutenir l'investissement public, qui s'élèvera à 230 milliards de dirhams, sachant que 45 milliards de dirhams proviendront de ce fonds.

Par ailleurs, le ministre a annoncé la généralisation de l’assurance maladie obligatoire (AMO) en accélérant les amendements du cadre législatif et réglementaire, ce qui permettra, notamment, d’en faire profiter les populations vulnérables bénéficiant actuellement du système RAMED, et d'accélérer la généralisation de cette couverture médicale au profit des catégories des indépendants et des non salariés travaillant dans le secteur libéral. Cet atelier ainsi que la mise à niveau de l'offre de santé nécessiteront une augmentant du budget alloué au secteur de la santé d'environ deux milliards de dirhams, pour atteindre une enveloppe globale de plus de 20 milliards de dirhams.

Mohamed Benchaâboun a souligné la nécessité de renforcer une gestion rationalisée des services de l'État en accélérant la mise en œuvre des orientations royales via une réforme en profondeur du secteur public, et en remédiant aux déséquilibres structurels des établissements et des entreprises publiques, pour une meilleurs intégration et une synergie dans l’accomplissement des tâches ainsi qu’une plus grande efficacité économique et sociale.

Dans ce contexte, deux projets de loi seront élaborés. Le premier concerne la création d’une Agence nationale dont la mission est la gestion stratégique des contributions de l’État et le suivi des performances des établissements publiques, et le second est relatif à la réforme des établissements et des entreprises publiques.

En guise de conclusion, le ministre a annoncé que l'économie nationale devrait connaître une croissance de plus 4,8% et que le déficit de trésorerie sera réduit en 2021 à 6,5% du produit intérieur brut.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Communiqué du Cabinet royal

AMMC: Émissions de titres de créance: Hausse de 31% en 2019

Climat des affaires au Maroc: les opérateurs optimistes au T3-2020