Large condamnation d’Israël après avoir qualifié de terroristes 6 associations palestiniennes

28 octobre 2021 - 09:40

Plus de 250 associations, coalitions et réseaux de défense des droits humains dans le monde, y compris des organisations marocains, ont condamné le décision du gouvernement israélien d’inscrire des organisations de la société civile palestinienne sur la « liste du terrorisme».

Emanant pour la plupart du monde arabe, ces associations ont exprimé leur inquiétude suite à la classification, le 19 octobre, par le gouvernement de l’occupation, de six organisations palestiniennes de défense des droits humains dans la liste des « organisations terroristes » en vertu de la loi israélienne antiterroriste de 2016.

Les associations visées par cette décision sont : « Al-Haq », la fondation « Addamir », l’Union des comités des femmes palestiniennes, Le Mouvement international de défense des enfants/Section de Palestine, l’Union des comités d’action agricole et le Centre de recherche « Bisan ».

« Cette décision infondée intervient dans le contexte de la poursuite par l’état d’occupation et d’apartheid de ses attaques contre les droits du peuple palestinien, en particulier leur droit de lutter, avec tous les moyens, pour la liberté, le retour, l’autodétermination et la construction de son État palestinien indépendant », indique un communiqué reçu par le journal « Al Oâmk ».

Et d’ajouter : cette décision tente de « délégitimer les ONG palestiniennes et de déformer leur lutte, y compris celles de défense des droits humains … en prélude à leur interdiction et dans le but de faire taire leur voix qui révèlent les violations commises par les autorité de l’occupation »
Outre l’appel à la solidarité lancée par les 250 organisations à toutes les forces de la liberté et de la justice à travers le monde, ils ont invité, notamment, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Comité international de la Croix-Rouge à condamner la décision du gouvernement israélien et à protéger les défenseurs palestiniens des droits de l’homme et des droits du peuple palestinien.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Mali: décès à Bamako de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta

Covid 19 : des menaces de mort contre 300 parlementaires et élus en France

France : Le controversé « pass vaccinal » arrive au Sénat