L’Espagne veut jouer un rôle dans la résolution du conflit du Sahara, selon le MAE espagnol

24 mars 2022 - 02:00

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, a déclaré mercredi que l’Espagne, en soutenant l’initiative marocaine d’autonomie, veut « participer efficacement » au règlement du différend sur le Sahara.

Albares a expliqué, devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, que « l’Espagne est spectatrice depuis très longtemps. Aujourd’hui, elle a la possibilité de participer activement à sa solution en prenant cette position ».

Il a ajouté: « Après 46 ans du début du conflit, il est temps de travailler pour contribuer à trouver une solution acceptable pour toutes les parties dans le cadre des Nations Unies», expliquant que la position de son pays s’inscrit dans le cadre de la charte des Nations Unies.

Le MAE a poursuivi : « Je crois fermement que nous devons contribuer à ouvrir une perspective politique afin de parvenir à une solution mutuellement acceptable à un problème qui est en place depuis près de cinq décennies. Si nous n’engageons pas et n’assistons pas l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, cette question restera bloquée beaucoup plus longtemps».

Albares a souligné que « la position de l’Espagne est très similaire à celle de l’Allemagne et de la France, qui ont le même objectif que l’Espagne, à savoir contribuer au règlement de ce problème de longue date ». Il a noté que la position de l’Espagne, qui a été saluée par la Commission européenne, le haut Représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et le porte-parole de l’ONU, étant donné qu’elle est conforme à la charte des Nations Unies.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Le « polisario », « véritable bombe à retardement” pour l’Algérie (politologue)

La cour administrative de Londres rejette une action en justice contre l’accord d’association Maroc-GB

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov attendu à Marrakech