Sommet du Néguev: vers la création d’une coalition anti-iranienne

28 mars 2022 - 04:00

Les médias israéliens ont indiqué que le « sommet du Néguev », qui a débuté dimanche en Israël et se poursuivra jusqu’à lundi, en présence des ministres des Affaires étrangères de 4 pays arabes et du secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken, discutera de la menace iranienne.

Hier dimanche, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a reçu le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, le ministre émirati des Affaires étrangères Cheikh Abdallah ben Zayed, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry et le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdel Latif Al Zayani.

Le journal « Jerusalem Post » a indiqué dans un article, que la crise russo-ukrainienne détournera l’attention de ce qu’Israël et les États sunnites modérés considèrent comme leur plus grande menace, à savoir l’Iran, ajoutant que la menace iranienne n’a pas reculé simplement parce que la Russie envahi l’Ukraine. Le journal hébreu a ajouté que lors de la dernière réunion qui a réuni le Premier ministre israélien Naftali Bennett avec le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le prince héritier d’Abu Dhabi Mohammed bin Zayed, les trois parties ont discuté de la collaboration dans le domaine de la défense contre l’Iran

Avant que le journal n’ajoute que le ministre israélien des Affaires étrangères, Lapid, estimait que le reste des pays avec lesquels il existe des accords de paix devraient se joindre à ce dialogue, notant que Bahreïn et le Maroc se sont rapidement joints.

Pour sa part, le journal hébreu, Haaretz, a également confirmé que le sommet discuterait de la menace iranienne, The Times of Israël, citant un responsable proche de Lapid, a déclaré que le sommet discuterait de la création d’une alliance de sécurité régionale.

Pendant ce temps, Yediot Aharonot a cité le vice-ministre israélien de la Défense, Alon Schuster, qui a décalé: « Nous sommes dans une nouvelle ère où une alliance d’organisations et de pays modérés est contre l’axe radical, l’axe du mal, l’axe de la menace à la paix mondiale, et certainement celui régional ».

Schuster a ajouté, selon ce qui a été rapporté par le même journal, « Nous voulons renforcer la capacité de coopération sur les plans diplomatique, du renseignement, militaire et économique avant tout afin de créer un monde meilleur ».

Entre-temps, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a déclaré, lors d’une conférence de presse avec son homologue américain Anthony Blinken, au début du « sommet du Néguev », que son pays ferait tout ce qu’il estimerait nécessaire pour empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire. Lapid a ajouté : « L’Iran n’est pas un problème israélien, le monde entier ne peut pas permettre un Iran nucléaire, et il ne peut pas permettre aux gardiens de la révolution de continuer à semer la terreur dans le monde », précisant : « Nous avons des divergences (avec Washington) sur l’accord nucléaire et ses répercussions, mais le dialogue ouvert fait partie de la force de notre amitié.

En 2018, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, avait annoncé que Rabat avait décidé de fermer l’ambassade d’Iran et d’expulser son ambassadeur à Rabat, accusant le Hezbollah libanais d’être impliqué dans la livraison d’armes au Polisario.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Sahara marocain: L’Espagne réaffirme sa position en soutien au plan d’autonomie

La Somalie décide d’ouvrir une ambassade à Rabat et un consulat général à Dakhla

Sahara marocain: Le Soudan du Sud déjuge la propagande algéro-polisarienne et rétablit la vérité sur sa position