Algérie: un Parti d’opposition appelle à la « libération des champs politique et médiatique » et au « respect des libertés »

03 octobre 2022 - 01:00

Le premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), le plus vieux parti de l’opposition en Algérie, a appelé à la « libération des champs politique et médiatique » et au « respect des libertés » en Algérie.

« Considérer toute opinion divergente comme une menace pour le pays est une grave erreur qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la nation toute entière », a dit Aouchiche lors d’un meeting tenu par le parti, dans le cadre des activités de commémoration du 59e anniversaire de sa création.

Et de souligner l’impératif de « cesser avec les ruses, le bricolage et l’improvisation » et d’ »arrêter avec les tentations de vouloir tout contrôler ».

« Le temps de la pensée et du parti unique est révolu, le temps de l’autoritarisme est révolu », a-t-il insisté, mettant en avant le rôle positif d’ »une opposition, autonome, forte et constructive ».

« Si le rassemblement et le consensus sont une exigence politique afin d’immuniser notre pays et relever collectivement et dans l’urgence les défis auxquels nous sommes confrontés, pour le FFS, leur concrétisation passe par la décongélation du climat politique et le rétablissement des libertés civiques et politiques », ajoute Aouchiche.

Et de soutenir que « Nul ne peut ignorer les dégâts provoqués par les pouvoirs successifs, notamment durant les deux dernières décennies tant au niveau sociétal qu’au sein des institutions régaliennes les plus sensibles de l’Etat et que cela nécessite du temps ».

Pour Aouchiche, seule une démarche volontariste qui prend appui sur l’adhésion du peuple et une société organisée pourra « défaire définitivement les forces d’inerties qui se dressent face aux aspirations de changement exprimées par des millions d’Algériennes et d’Algériens ».

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Mexico: Focus sur les liens historiques entre le Maroc et les pays d’Amérique latine

USA: TikTok accusé d’induire en erreur ses utilisateurs

Le sommet sino-arabe, « une étape historique », selon Beijing