Divers

Chefchaouen: Début de la construction de la première usine de cannabis agréée au Maroc

Les travaux de construction de la première usine de cannabis agréée au Maroc ont débuté dans la région de Chefchaouen, afin d’extraire les matières entrant dans les industries alimentaires, industrielles, médicales et paramédicales, après que l’Agence nationale de réglementation des activités relatives au Cannabis a commencé à octroyer des licences pour les activités de transformation et la fabrication des produits à base de cannabis.

L’affaire concerne la première unité de production de cannabis au Maroc, encadrée par la coopérative « Bio Cannat », qui a obtenu la première licence de transformation du cannabis au niveau national, en octobre dernier, parmi dix licences délivrées par ladite Agence.

Le projet est situé sur le terroir de Douar Ikmsan dans la commune de Bab Bard dans la région de Chefchaouen, où la superficie totale de l’usine est de 800 mètres, et sa hauteur dépasse 7 mètres, et sera équipée de mécanismes modernes pour transformer le cannabis  en matières médicinales et cosmétiques.

La coopérative « Bio Cannat » précise dans un communiqué que cet atelier, qui vient en partenariat avec les acteurs publics et privés, connaîtra l’extraction du « cannabidiol » et du « cannabinol », en plus d’autres matières.

La coopérative a expliqué que ces matériaux sont utilisés dans de nombreuses industries alimentaires, industrielles, médicales et paramédicales, en raison de leurs nombreux avantages scientifiquement prouvés pour soulager la douleur et aider au traitement de nombreuses pathologies.

Il y aura des expériences agricoles avec certains des agriculteurs de la région de Chefchaouen qui sont impliqués dans des coopératives agricoles, afin de fournir la matière première de la plante, où seront attribuées des graines contenant moins de 1% du pourcentage de «tétrahydrocannabinol» (THC), et ont des niveaux élevés de la substance « cannabinol ».

La coopérative a estimé que de tels projets créeraient des emplois et accéléreraient le développement local dans les régions de Chefchaouen, Al Hoceima et Taounat, en partenariat avec les secteurs public et privé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *