Politique

Akhannouch sur la poursuite de la grève des enseignants : C’est un pays d’institutions et nous ne permettrons pas que les enfants marocains restent otages

Le Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch, a rejeté la poursuite de la situation actuelle dans le secteur de l’éducation en raison de la grève des enseignants, soulignant qu' »il est inacceptable que les enfants marocains restent otages ».

Akhannouch, lors de son intervention en réponse aux questions des conseillers, mardi, lors de la session mensuelle de questions, qui était consacrée au programme de réduction des disparités territoriales et sociales, a déclaré : « Nous ne pouvons pas permettre la poursuite de la situation, et personne ne peut offrir plus que ce qui a déjà été offert ».

Il a ajouté que la responsabilité de la situation actuelle dans le secteur de l’éducation « n’est pas seulement celle du gouvernement, mais celle de tous », soulignant que nous vivons dans un « État d’institutions ».

Le Chef du Gouvernement a souligné que la porte est toujours ouverte au dialogue, et que la commission ministérielle s’est réunie aujourd’hui avec les quatre syndicats représentant le secteur de l’éducation, notant que « les rencontres se poursuivent cette semaine pour examiner tous les dossiers présentés dans le cadre d’un dialogue institutionnel ouvert à tous, avec de bonnes intentions ».

Le porte-parole a dénoncé l’arrêt du temps scolaire pour les enfants marocains, appelant à un dialogue calme, et soulignant que les capacités de l’État « restent limitées et que tout ce qui a été atteint reste exceptionnel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *