Politique

Saadi: Je ne suis pas un “porte-parole officieux”, je défends le gouvernement mais pas toujours

Le parlementaire et membre du bureau politique du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Lahcen Saadi, a rejeté les descriptions de ses adversaires politiques qui le qualifient de « porte-parole non officiel du gouvernement » au Parlement et sur les réseaux sociaux, considérant que ceux qui tiennent ce discours « ne comprennent pas la politique ».

Lahcen Saadi, qui était l’invité de l’émission « Hiwar fil3omk » diffusée chaque vendredi sur la chaîne YouTube du journal « Al3omk » et présentée par le journaliste Mohamed Laghrouss, a expliqué qu’il joue son rôle de parlementaire et que ce que le gouvernement met en œuvre aujourd’hui est ce pour quoi les citoyens ont voté lors des élections.

Le porte-parole a affirmé, « nous, en tant que représentants du parti, avons mené la campagne électorale et avons promis aux Marocains un soutien social direct, des réformes dans la santé et l’éducation, et la mise en place de la couverture santé », soulignant que « ce que le gouvernement met en œuvre aujourd’hui est ce que nous avons promis aux Marocains, et quand je défends ces chantiers, je défends mes engagements en tant que représentant de la nation ».

Le membre du bureau politique du parti de la colombe (RNI) a ajouté que si le gouvernement ne tient pas ses promesses envers les Marocains, un autre débat sera nécessaire, notant que « le gouvernement fait l’objet de débats et il est erroné de dire que nous applaudissons seulement, car les réunions régulières du bureau politique du parti sont marquées par des discussions intenses et durent au moins quatre heures ».

Il a poursuivi : « Le groupe parlementaire se réunit également pour discuter, et il y a des opinions et des orientations dans le débat, mais l’orientation générale est de défendre ce que nous avons promis aux Marocains et je continuerai à le défendre », indiquant qu’il est satisfait de son travail en tant que parlementaire, assumant son rôle dans la défense des réalisations qu’il considère comme ses engagements en tant que parlementaire.

Saadi a également mentionné qu’il a été fortement attaqué par une partie de l’opposition, lors des travaux des commissions et des séances plénières, au point d’être accusé de recevoir de l’argent en échange de sa défense du gouvernement. Il a ajouté qu’une composante des minorités de l’opposition (faisant allusion au PJD) a suggéré lors du débat sur le projet de loi de finances que les jeunes qui parlent de cette manière ne devraient pas être au Parlement.

Il a insisté sur le fait que lorsqu’il sera dans l’opposition, il adoptera un discours d’opposition, mais étant actuellement dans la majorité, il adoptera un discours de majorité, ajoutant : « Je défends le gouvernement dans le cadre du lien éthique qui nous unit, mais cela ne signifie pas que nous ne signalons pas les erreurs du gouvernement et la nécessité pour lui de rester dans le cadre de ses engagements dans le programme gouvernemental ».

Il a conclu en disant : « Nous défendons avec acharnement le gouvernement lorsque cela concerne nos convictions liées à la majorité », ajoutant que le rôle des députés de la majorité n’est pas toujours de défendre le gouvernement et ses réalisations, mais aussi d’attirer l’attention sur certaines questions soulevées par les citoyens dans leurs circonscriptions.

Saadi a confirmé que ceux qui suivent les séances du Parlement remarqueront que les applaudissements et les éloges envers le gouvernement ne sont pas constants, mais qu’il y a des questions soulevées pour attirer l’attention de tous les ministres, quel que soit leur bord politique, affirmant que le Parlement, pendant la législature actuelle, remplit bien son rôle et s’est largement éloigné de la frivolité et de la légèreté qui caractérisaient le discours populiste auparavant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *