Société

Le ministère de l’Intérieur s’attaque aux infractions des taxis, Laftit révèle le retrait de 332 permis de confiance

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a affirmé que les autorités régionales, habilitées par la loi à réguler le secteur des taxis, veillent à intégrer des décisions opérationnelles réglementaires définissant les conditions d’exploitation des taxis et de prestation de services, ainsi que les conditions nécessaires pour exercer la profession afin de garantir le respect des normes de qualité et de conduite professionnelle des chauffeurs.

Laftit, répondant à une question parlementaire sur « la qualification du secteur des taxis et l’établissement de règles uniformes à l’échelle nationale », a expliqué que ces décisions déterminent les conditions et les critères requis pour ceux qui souhaitent travailler dans le secteur, ainsi que les conditions de prestation de services et la gestion des relations avec les clients.

Sur la base de ces décisions, des sanctions sont également stipulées contre les pratiques contraires aux lois et règlements en vigueur ou celles considérées comme non éthiques et nuisibles à la profession, notamment le refus par le chauffeur de taxi de conduire le client à sa destination sans motif valable, l’offre de service conditionnelle, la non-affichage des tarifs ou leur augmentation, l’absence d’utilisation du compteur, et autres comportements non autorisés.

Le ministre de l’Intérieur a souligné que les autorités régionales coordonnent avec les services de sécurité chargés du contrôle routier pour détecter et contrer toutes les pratiques illégales, et n’hésitent pas à prendre les mesures disciplinaires et les sanctions nécessaires contre les contrevenants. De plus, les comités chargés d’examiner les plaintes relatives au service de transport par taxi au niveau des préfectures et provinces tiennent des réunions régulières pour traiter les plaintes des citoyens et les infractions détectées par les services de sécurité, en présence des parties concernées.

Après examen des affaires, les mesures disciplinaires et les sanctions nécessaires sont prises contre les auteurs d’infractions enregistrées, pouvant aller jusqu’au retrait définitif de la licence de confiance et à l’immobilisation du véhicule utilisé comme taxi. À titre d’exemple, dans la ville de Marrakech, entre janvier 2023 et fin février 2024, 317 licences de confiance ont été retirées pour des périodes allant d’un mois à six mois, et 15 licences de confiance ont été temporairement retirées dans l’attente de jugements judiciaires.

En relation avec l’uniformisation des règles encadrant le secteur des transports par taxi à l’échelle nationale, M. Laftit a confirmé que le ministère de l’Intérieur, en supervisant le secteur et en accompagnant le travail des services régionaux compétents, s’efforce d’unifier les règles et les procédures de base et de les généraliser à toutes les préfectures et provinces, à travers des circulaires ministérielles adressées périodiquement aux autorités régionales.

Dans le but de moderniser le secteur et d’améliorer la qualité des services, le responsable gouvernemental a précisé qu’un programme de soutien à la modernisation a été adopté, entraînant l’émission d’une flotte de taxis qui a permis d’obtenir des résultats très satisfaisants en améliorant la situation du parc de petits et grands taxis et en contribuant significativement à l’amélioration des services offerts aux clients. De plus, un travail en partenariat avec les secteurs concernés a été entrepris pour généraliser et améliorer la qualité des programmes de formation au profit des chauffeurs professionnels.

Laftit a conclu que le ministère de l’Intérieur s’engage à soutenir et à accompagner les différentes initiatives visant à moderniser les services des taxis et à les adapter aux besoins et attentes des clients, notamment les initiatives visant à réguler l’activité de mise en relation via des supports technologiques modernes entre les taxis et les utilisateurs de ce type de transport au niveau des préfectures et des provinces, ou à créer des mécanismes de réservation préalable des services de taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *