Slider

Le Maroc profite-t-il de la compétition économique entre la Chine et les États-Unis en Afrique ?

Le conflit international entre les États-Unis et la Chine pour dominer les chaînes d’approvisionnement influence l’économie mondiale, plaçant le Maroc comme un acteur clé en Afrique grâce à sa position géographique stratégique et ses accords de libre-échange avec plusieurs pays.

Selon les experts, le Maroc est une destination privilégiée pour les investissements chinois en Afrique, grâce à ses liens commerciaux solides avec les États-Unis et l’Union européenne. Cependant, le royaume doit relever certains défis, notamment améliorer ses infrastructures et ses capacités logistiques pour accueillir des investissements croissants et maintenir un équilibre dans ses relations avec les deux géants économiques.

Idriss Al-Finia, expert et analyste économique, a indiqué dans une déclaration à « Al Omk » que les États-Unis et la Chine sont parmi les principaux investisseurs internationaux avec des investissements étrangers dépassant 150 milliards de dollars. Il a souligné que la Chine cherche à établir une présence en Afrique et que le Maroc est bien placé pour attirer ces investissements en raison de sa position géographique et des opportunités offertes par son économie et sa position géostratégique.

Al-Finia a ajouté que les investissements américains au Maroc restent modestes malgré l’accord de libre-échange entre les deux pays, principalement en raison des barrières linguistiques, des différences technologiques et de l’ouverture limitée de l’économie marocaine au marché américain.

L’expert a noté une plus grande volonté de la part de la Chine de réaliser des investissements au Maroc, ce qui nécessite une bonne préparation de la part du Maroc pour accueillir ces investissements dans divers secteurs, y compris l’immobilier et les facilités, en plus de la main-d’œuvre.

Al-Finia a également souligné que les investissements chinois pourraient créer de nombreux emplois, notamment dans les domaines technologiques et de la recherche scientifique. Il a estimé que la compétition entre les deux pays en Afrique n’était pas directe, car leurs domaines d’activité sont complémentaires pour le Maroc.

Selon lui, la Chine met cette technologie avancée à la disposition du Maroc en raison des accords que le pays a avec plusieurs États de l’Union européenne et les États-Unis, facilitant ainsi le marketing et l’exportation.

Enfin, Al-Finia a conclu que les investissements étrangers des États-Unis visent principalement le marché intérieur et ne cherchent pas à conquérir le marché européen ou africain, restant limités au Maroc et n’ayant pas la même portée stratégique que les investissements chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *