Politique

Le RNI s’oppose au « mariage homosexuel » et défend les traditions familiales

Rachid Talbi Alami, membre du bureau politique du Rassemblement National des Indépendants (RNI), a insisté sur la nécessité de préserver la structure familiale traditionnelle au Maroc, en soulignant que son parti rejette le « mariage homosexuel » et ne souhaite pas voir de discorde dans la société.

Lors d’une intervention ce samedi à M’diq, Talbi a rappelé que le Code de la famille, institué par le roi Mohammed VI en 2004, avait reconnu plusieurs droits pour les femmes, et que sa révision après vingt ans vise à rendre justice encore plus équitablement à la femme et à la famille.

Ces déclarations ont été faites lors du troisième colloque régional des femmes du RNI sur « L’empowerment des femmes entre défis et acquis sous le bilan intermédiaire du gouvernement », organisé par l’organisation des femmes du RNI de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, sous le thème « Ensemble pour renforcer la participation des femmes socialement, économiquement et politiquement ».

Le coordinateur régional du RNI pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima a ajouté : « Le RNI ne veut pas de discorde dans la société, et ne cherche pas à opposer la femme à l’homme. Ce que nous voulons, c’est une famille au sens traditionnel du terme, un mari et une femme, comme nous l’avons toujours connu historiquement, et non pas un mariage entre deux femmes ou deux hommes. »

Il a également souligné que « il faut préserver la famille telle qu’elle est, donner des droits à la femme, rejeter la violence contre elles ou leur asservissement » et affirmé que « il n’y a pas de différence entre l’homme marocain et la femme marocaine, et lorsque la femme est présente aux côtés de l’homme, le succès est au rendez-vous ».

Le responsable régional du RNI a également mentionné que les femmes marocaines ont joué de grands rôles tout au long de l’histoire, et a souligné que la beauté du nord du Maroc repose sur la beauté et l’intelligence de la femme de la région. Il a critiqué l’application mécanique de la parité, la qualifiant de question erronée.

Il a ajouté que le RNI est « un parti de modération et de centrisme, loin de tout extrémisme, avançant au même rythme que l’évolution de la société sans la dépasser ni la retarder », précisant que les deux plus grandes villes du Maroc, Rabat et Casablanca, sont dirigées par des femmes.

Enfin, il a noté que « 25% des parlementaires du RNI sont des femmes, et nous avons augmenté la représentation des femmes dans les conseils élus à 32% », mais a reconnu que « nous n’avons pas encore atteint la parité que nous souhaitons, mais nous avons bien travaillé dans ce sens »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *