Un Marocain tué par la police française

25 avril 2022 - 01:00

Un Marocain de 26 ans qui avait menacé jeudi les forces de l’ordre avec un couteau est mort à Blois (centre de la France), des suites de ses blessures par balles de policiers, a annoncé dimanche la justice française. L’homme est décédé samedi à l’hôpital.

Le procureur général de la ville a indiqué dimanche dans un communiqué qu’une enquête pénale pour « tentative d’assassinat sur des membres de la préfecture de police de Blois » avait été ouverte à son encontre.

Une autopsie sera pratiquée pour déterminer les causes exactes de sa mort. Les premiers éléments de l’enquête ont conclu que le policier qui a tiré sur le Marocain a agi « en état de légitime défense », selon ce que le parquet avait déjà indiqué vendredi.

L’agresseur errait jeudi soir dans les rues de Blois, armé d’un couteau. La police lui a dit de déposer son arme alors qu’il se trouvait à l’entrée d’une maison de retraite, mais il s’est dirigé vers eux d’un air menaçant.

Les policiers ont utilisé un détonateur électrique pour lancer des balles défensives, en vain, selon le parquet. Le procureur de la République a indiqué qu' »au contraire, la personne s’est approchée de la police », ajoutant : « A ce moment-là, un policier a fait usage de son arme… quatre fois ». Il a reçu une balle dans la poitrine. Le jeune Marocain, inconnu de la police et de la justice, réside en France depuis septembre 2021 avec un visa étudiant. Il y a quelques jours, il « souffrait de peurs inexpliquées », selon l’allégation, qui indiquait qu’il n’avait « proféré » aucun « mot » pouvant être « en rapport avec des revendications politiques ou religieuses ». :

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Sahara marocain: La Fondation France-Maroc appelle Paris à clarifier sa position

Akhannouch représente le Roi Mohammed VI aux funérailles d’État de l’ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe

Le président du Parlement panafricain appelle depuis Rabat à l’instauration de structures institutionnelles unifiées pour booster le travail de cette institution