L’ONU rend hommage à l’action des Casques bleus marocains déployés en RDC

27 mai 2022 - 12:03

Jean-Tobi Okala, un officiel des Nations Unies, a rendu un vibrant hommage à l’action du Maroc et du contingent marocain déployé au sein de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco).

«Je tiens sincèrement à saluer l’apport du contingent marocain à la MONUSCO. Avant, nous avions ici une unité combattante des forces armées royales dotée d’un grand savoir-faire ayant permis l’accomplissement de grandes réalisations au profit de la paix’’, a dit  Jean-Tobi Okala, chargé de l’information de la Monusco en Ituri, faisant savoir que les Casques bleus qui sont encore sur place œuvrent plus dans le domaine social.

Les Casques bleus marocains gèrent l’hôpital du Niveau 2 et reçoivent aussi bien les patients des Nations unies que les Congolais, de même qu’ils organisent des actions humanitaires en dehors de l’hôpital (consultations, dons de médicaments,…), a expliqué Okala dans une vidéo diffusée par la mission onusienne à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Casques bleus le 29 mai.

La Journée internationale des Casques bleus est une journée internationale qui a lieu tous les ans, le 29 mai. Elle est un évènement créé en décembre 2002 par l’Assemblée générale des Nations unies. Cette Journée rend hommage au personnel civil, policier et militaire pour sa contribution inestimable au travail de l’ONU.

«Aux Nations unies, les personnes vulnérables sont au cœur de nos domaines de protection, et cela nos amis marocains le font régulièrement pour le retour de la consolidation de la paix dans cette province et dans ce pays», a dit Okala.

Le contingent marocain mène depuis plusieurs années des actions de soutien à la population locale, notamment en matière de services de santé grâce à l’hôpital de niveau 2 de la MONUSCO à Bunia (ouest de la RDC), installé par le Maroc en 2003.

Pour sa part, le médecin-colonel Mimoun Serraj, médecin chef dudit hôpital à Bunia qui avait rejoint la MONUSCO en février 2022, et dont la mission est le suivi et la gestion de cette infrastructure si importante, en plus des rapports avec les partenaires militaires mais aussi avec des acteurs civils, a évoqué l’intervention du contingent marocain au profit de la population locale.

Le médecin-colonel Mimoun Serraj a mis l’accent notamment sur la réalisation de deux actions humanitaires dont la première au niveau de l’hôpital général de Bunia et la seconde au niveau de la prison locale à Bunia également.

«Pour la première action on a fourni une dotation conséquente de médicaments et de dispositifs de pharmacie en réponse à une demande de l’hôpital qui avait à soigner une quarantaine de personnes blessées dans un accident, alors que lors de la seconde opération dans la prison de la même localité une dotation de médicaments a été remise en sus de la réalisation d’une centaine de consultations spécialisées», a-t-il indiqué.

Ces actions sont importantes pour la paix, a-t-il affirmé, notant qu’une entraide humanitaire facilite l’instauration de la paix au niveau de la population locale.

Le contingent marocain compte à son actif aussi d’autres opérations comme celle qui a bénéficié à des enfants au sein d’un orphelinat.

«Le choix de l’orphelinat a été orienté par le fait que l’épanouissement et le bien-être des enfants à travers le monde est un volet primordial pour les actions humanitaires des Nations unies», a fait remarquer le médecin-colonel Mimoun Serraj.

«Cette action a été centrée sur la sensibilisation bucco-dentaire et l’hygiène des mains eu égard à leur importance dans la préservation de la santé de l’enfant’’, a-t-il ajouté.

Selon Serraj, parmi les atouts du travail dans la MONUSCO c’est «qu’on est obligé de se connecter avec d’autres intervenants, civils ou militaires, et ensemble on peut contribuer à la consolidation de la plate-forme de la paix, objectif majeur de l’Onu et bien évidemment de la MONUSCO au niveau de la République Démocratique du Congo».

Le partenariat est un facteur clé pour la réussite d’une mission, a-t-il insisté.

A rappeler qu’au 1er juillet 2010, la MONUSCO a remplacé la Mission de l’organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), en application de la résolution 1925 (2010) du Conseil de sécurité datée du 28 mai 2010.

La nouvelle mission est autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires pour s’acquitter de son mandat, notamment en vue d’assurer la protection des civils, du personnel humanitaire et du personnel chargé de défendre les droits de l’homme se trouvant sous la menace imminente de violences physiques et pour appuyer le Gouvernement de la RDC dans ses efforts de stabilisation et de consolidation de la paix.

A signaler que le Maroc déploie actuellement plus de 1.700 militaires et policiers dans les opérations de l’ONU en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, au Soudan et au Soudan du Sud.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Mexico: Focus sur les liens historiques entre le Maroc et les pays d’Amérique latine

USA: TikTok accusé d’induire en erreur ses utilisateurs

Le sommet sino-arabe, « une étape historique », selon Beijing